Iran Manif - Une catastrophe sociale du nom de "mariage d'enfants" fait des ravages dans les rangs des ados et des plus jeunes en Iran sous le régime des mollahs. Une dictature religieuse qui a fait sienne la priorité de doubler la population et donc s'attelle à la reproduction massive, seuls droit et devoir reconnus aux femmes et aux ... fillettes. 

La presse officielle, en l'occurrence le quotidien Sharq, a avancé le 11 décembre le chiffre de "43.000 mariages d'enfants de 10 à 15 ans à l'heure actuelle en Iran". Pire: sur ce nombre, 2000 pré-ados, filles et garçons, ont déjà divorcé ou sont en veuvage. 

Le journal publiait un article sur un séminaire qui s'est tenu sur le mariage des enfants. Il écrivait : "les enfants ne se marient pas, ils font l'objet d'un marchandage."

Ce phénomène a de graves conséquences dans les bidonvilles en pleine extension en Iran. On peut lire que souvent dans ces mariages, les familles vendent une de leurs filles en échange d'un abri. Le journal cite le cas d'une fillette de 10 ans devenue la 4e épouse d'un homme de 60 ans dans la province très pauvre du Sistan-Baloutchistan. "Dans ce mariage la fillette n'attend ni affection ni attention de son mari, uniquement la somme d'argent promise, fruit du marchandage dont elle a fait l'objet."

Dans les familles pauvres, quand les enfants qui travaillent se marient et deviennent parents à leur tour, leur but est de faire des enfants pour qu'ils travaillent et rapportent un revenu. 

Lors de ce séminaire, les autorités ont dit clairement qu'en "2015 il y a eu 10.000 mariages d'enfants de plus qu'en 2014 et les divorces ont aussi augmenté." Les autorités ont estimé sans honte que l'origine de cette situation est la misère noire et le chômage qui "dans certaines régions pauvres, dit le journal, dépasse les 30% voire les 40%."