Iran Manif - Pour la 4e semaine de détention illégale de Safar Zakery, habitant du camp Liberty en Irak, sous le prétexte d’un accident de la route des plus douteux, le juge d’instruction Nasser Moussavi, à la suite d’une série de mesures illégales et suspectes, a prolongé hier pour la 6e fois son emprisonnement et a reporté au 14 avril le prochain examen du dossier. Il attend de recevoir la réponse de l’ambassade des mollahs à Bagdad. Ce simple fait traduit ouvertement une manœuvre en coulisse contre ce réfugié iranien et contre la population du camp Liberty.

En effet ce camp situé près de l’aéroport de Bagdad, abrite des milliers de dissidents iraniens, membres des Moudjahidine du peuple d’Iran, la principale opposition démocratique au régime de Téhéran. Un point irréductible que les mollahs iraniens cherchent à détruire à n’importe quel prix.

Tout en sachant que Safar Zakery est réfugié dépendant du HCR et sous le couvert du protocole d’accord signé entre le gouvernement irakien et l’ONU le 25 décembre 2011 et qu’il dispose de sa carte de « personne protégée », le juge a fait de manière choquante une demande écrite à l’ambassade des mollahs pour demander de préciser l’identité et le passé de Safar Zakeri.

Le 18 février 2015 après auscultation, un urologue avait fixé à M. Zakery qui souffre de HBP depuis plusieurs années, une opération le 5 avril. Malgré la présentation de cette prescription au tribunal, les autorités irakiennes aux ordres de Fallah Fayyadh, conseiller à la sécurité nationale irakienne, ont monté une mise en scène ignoble. Ils l’ont amené à l’hôpital et après un simple examen et sans rencontrer l’urologue traitant, ils ont annoncé qu’il n’avait pas besoin d’être opéré. Ainsi, le rendez-vous qu’il attendait depuis longtemps a-t-il été annulé et reporté à une date ultérieure incertaine, une mesure qui met en danger sa santé.

De cette manière l’incarcération de Safar Zakery après un accident dans lequel il n’avait aucun tort, six prolongations de sa détention et l’obstruction faite à une opération chirurgicale prévue, ne laissent aucun doute sur le fait que la force terroriste Qods et l’ambassade du régime se trouvent derrière cette prise d’otage. Bien que tous les prétextes soulevés sur son séjour en Irak aient été écartés par le HCR, sa détention est renouvelée en permanence.

Tout en exprimant sa vive inquiétude des intentions funestes et criminelles dans la prolongation de la détention de Safar Zakery, qui viole ouvertement le protocole d’accord entre le gouvernement irakien et l’ONU et la loi internationale pour les réfugiés, la Résistance iranienne appelle le gouvernement américain, la MANUI et le HCR qui se sont à maintes reprises engagés à assurer la sécurité et le bien-être des habitants de Liberty à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à cette prise d’otage et libérer sans délai M. Zakery. Elle les exhorte à empêcher la mise en œuvre de ce plan funeste de la dictature religieuse et de ses agents en Irak.

IRAN 
Mars 2017

42 exécutions

(Janvier: 95 exécutions - Février: 52 exécutions)

-----------------------------

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions