Blog D'olivier Steiner, 2 novembre - Je ne suis pas un expert, un géopoliticien, je suis quelqu’un qui écrit, qui parfois regarde par la fenêtre et voit des choses, en comprend d’autres, et n’en comprend pas certaines. Il y a quelques jours j’ai été contacté par un jeune iranien de 26 ans, ses parents sont des résistants de la première heure, ils vivent au Camp Liberty en Irak. Ce jeune iranien m’a demandé si je voulais les soutenir. J’ai répondu que je n’avais rien contre mais que je n’étais en rien légitime et que je n’étais pas vraiment au courant ce qui se passe en Iran. Nous nous sommes rencontrés, il m’a expliqué, m’a présenté à ses amis, j’ai lu des choses, j’ai rencontré des gens calmes, intelligents, pacifistes, courageux.

Aujourd’hui je m’engage auprès d’eux, à ma façon, ma façon qui est de faire des phrases simples. Un proverbe persan dit que ce qui vient du cœur va au cœur, je le souhaite de toutes mes forces. Je vais donc vous raconter une histoire vraie :

Ils s’étaient dit, les Iraniens : il ne peut pas y avoir pire que la dictature du Shah. Alors ils ont ouvert les bras au premier Ayatollah venu, on ne peut pas être mauvais si on se réclame de Dieu, non ? Ils vécurent un printemps d’espoir, le Monde applaudit à l’époque, même Michel Foucault en France. Mais voilà, le pouvoir parfois n’engendre que la volonté d’un plus grand pouvoir, sans limites. Et quand le pays est riche et qu’il y a du pétrole, et quand le pays est une grande puissance culturelle, au passé si glorieux, quand le pays possède une situation géographique si stratégique, ça exacerbe les passions, les tensions.

Le printemps s’est très vite transformé en hiver froid et brutal. Port du voile obligatoire, Charia, théocratie, peine de mort, exécutions en place publique, torture, prisons, régime de la terreur. L’Occident, nous, « l’Oncle Sam », avons alors alors pris nos distances, pas d’ingérence, accords économiques, c’est compliqué, voitures Peugeot, Renault à Téhéran, barils de pétrole à vendre, et puis la religion, compliqué, les fatwa font peur, Salman Rushdie.

Le temps a passé, exécutions, martyrs, répression, on s’est dit nous, Occidentaux, c’est terrible oui mais, que faire et puis c’est loin quand même, non ? Certes, il y eut ces films Jamais sans ma fille, Persepolis, ça faisait des succès au box-office ou à Cannes, oui , bien, bien, mais mais voilà, la résistance iranienne était peu à peu détruite, emprisonnée, tuée, dans un silence relatif, individualisme occidental.

1986, la Résistance iranienne s’exile dans le nord de l’Irak, Camp d’Achraf, nom donné en hommage à Achraf Radjavi, épouse de Massoud Radjavi, tuée lors d’un assaut perpétré par Les Gardiens de la Révolution. Achraf a vécu, poche de résistance, a survécu malgré les menaces et les attaques, tant bien que mal.

2009, l’Oncle Sam transfère au gouvernement irakien l’autorité qu’il exerçait sur la camp : violation de la 4ème convention de Genève. Attaques meurtrières dans les mois qui suivent et de nouveau en avril 2011. Des soldats américains sont désespérés et font des dépressions, ils sont là et peuvent intervenir, empêcher le massacre, mais ils reçoivent des ordres pour laisser faire : A chacun son merdier. 13 morts et 500 blessés puis 37 morts et des centaines de blessés. Seul John Kerry parle alors de « massacre ».

2012, cynisme. Les quelques 3200 habitants sont forcés de quitter le camp d’Achraf pour s’installer au Liberty Camp où toute liberté de mouvement est refusée, crise humanitaire incontestée. Camp Liberty ou prison à ciel ouvert ? Liberté, ça rappelle une autre période, un autre camp où « le travail était censé rendre libre »…. cynisme, ironie de l’histoire… Alors l’ONU, nous, L’Occident, nous rassurons tout le monde, ce camp est provisoire, il sera suivi d’un rapide transfert vers des pays tiers, promis, promis : égide des Nations Unies. En effet, quelques transferts ont lieu, mais très peu, vers l’Allemagne et l’Albanie notamment, quelques personnes.

Juin 2013, le Camp Liberty est à nouveau attaqué à la roquette, le gouvernement irakien ferme les yeux. Ça continue en septembre 2013 et cette-fois c’est encore plus violent : les forces irakiennes attaquent sous la direction du régime des Mollahs : 52 personnes froidement exécutées, enlèvements. Le monde condamne, fait des déclarations. Mais le camp Liberty n’est toujours pas évacué ou protégé, décembre 2013 nouvelle attaque à la roquette.



Le temps passe encore, la situation s’enlise. Il y a quelques jours, la semaine dernière, octobre 2015, nouvelle attaque à la roquette, 23 morts martyrs, des dizaines de blessés. C’est pire que la chasse. Au moins les animaux, les oiseaux, quand il sont chassés, ont la possibilité éventuellement de s’enfuir. Ici on tire sur des gens dont les mains et les pieds sont liés, ça s’appelle une exécution froide et systématique.

Ahmadinejad, qui faisait peur à tout le monde avec ses ambitions nucléaires et sa mégalomanie, est parti. En Iran on a organisé des « élections » : chouette ? Oui, élections sauf que les candidats furent nommés par le conseil des Mollahs, et que le nouveau Président Hassan Rohani (environ 1000 exécutions sous son autorité rien que cette année en 2015, femmes pendues, etc.) est en fait au pouvoir dans l’ombre depuis des années. On le présente aujourd’hui comme un Président modéré, comme si une dictature théocratique qui ne vise qu’à l’instauration du grand Califat pouvait être modérée…

Le 16 novembre prochain, ce « Président » Rohani sera reçu officiellement à l’Elysée par le gouvernement français. Bien sûr il s’agit de vendre un peu de nucléaire civil et quelques armes, économie oblige, capitalisme oblige… Les prochaines roquettes qui tomberont sur le Camp Liberty ?



Aujourd’hui, le siège de la Résistance iranienne se trouve en France à Auvers-sur-Oise, j’étais chez eux hier avec mon amie Sapho. Ils ont élu une femme Présidente, madame Maryam Radjavi. Certes elle porte le voile et alors ? Elle le porte car c’est son choix personnel, intime. Madame Radjavi est pour la séparation du pouvoir entre le religieux et l’Etat, elle est pour la laïcité, pour que les femmes qui souhaitent ne pas porter le voile ne le portent pas, elle est contre le Guide spirituel, contre la Théocratie, contre le Califat, contre le régime misogyne des Mollahs, contre la peine de mort… C’est un honneur qu’elle soit en France, l’espoir en ce moment est au Camp Liberty et à Auvers-sur-Oise en France.

Encore une chose, c’est très important que madame Radjavi porte le voile, symboliquement c’est très fort, car le régime des Mollah n’envoie pas que des roquettes, l’autre arme de cette guerre contre la liberté est la désinformation et la calomnie, ils font croire que les résistants sont des sortes de rouges illuminés, des infidèles, des impies. C’est faux. Il y a des musulmans chez les Résistants iraniens, des croyants qui se réfèrent au Coran et non à la Charia, ici, chez nous, on appelle ça l’Islam des Lumières.

 

IRAN 
Mars 2017

42 exécutions

(Janvier: 95 exécutions - Février: 52 exécutions)

-----------------------------

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions