VOTV - Par Christophe Rigaud, le 12 septembre - Les opposants iraniens ont célébré ce samedi à Auvers la réinstallation en Europe du dernier groupe de leur organisation réfugié dans le camp de Liberty en Irak.

 

C’est le soulagement pour la communauté iranienne installée dans le Val d’Oise. Les derniers Moudjahidines réfugiés dans le camp irakien Liberty ont été transférés en Albanie. Ce camp avait été la cible de nombreuses attaques téléguidés par le régime iranien, causant la mort de 177 opposants iraniens. A Auvers-sur-Oise, où sont réfugiés les Moudjahidines depuis près de 30 ans, la communauté iranienne a tenu à célébrer l’événement ce samedi. Beaucoup de proches et de parents font en effet partie des réfugiés de Liberty.

Une nouvelle page se tourne pour ce mouvement opposé au régime iranien. Après le retrait de son nom sur la liste des organisations terroristes, l’évacuation du camp Liberty constitue une étape importante pour les Moudjahidines. Pour la présidente du mouvement, Maryam Radjavi, le déplacement tant attendu de ses militants d’Irak vers l’Europe représente « une avancée de la résistance qui pourra dorénavant se concentrer à l’instauration de la liberté et la démocratie en Iran ».

Parmi les nombreux élus présents ce samedi à Auvers, Jean-Pierre Muller, maire de Magny-en-Vexin et co-président du Comité des maires contre l’intégrisme et pour les droits de l’Homme, a estimé que le transfert des membres des Moudjahidines était « un moment historique (…) un moment de victoire. Cette muraille de barbarie et d’intolérance des mollahs finira par tomber, et aujourd’hui le murs se fissurent, parce que c’est un échec cuisant pour les mollahs ». Présents également à Auvers : Jean-Pierre Béquet l’ancien maire de la ville, Bruno Macé maire de Villier-Adam, mais aussi des personnalités comme Ingrid Betancourt ou Monseigneur Jacques Gaillot.

Voir sur le site