Iran Manif - Un Baloutche qui une semaine plus tôt avait été gravement blessé par les forces de sécurité, est décédé le 12 mai dans un hôpital de Zahedan, dans le sud-est de l’Iran.

Il a été gravement blessé lorsque le 6 mai des agents avaient volontairement heurté sa voiture qui s’est renversée. Il a transféré aux urgences de l’hôpital Khatam-ol Anbia de Zahedan, capitale de la province déshéritée du Sistan-Balouchistan.

Notant que M. Shahouzehi ne transportait que du tissu dans sa voiture, le chef de prière sunnite de Zahedan a critiqué la conduite arbitraire des forces de sécurité. « Les forces de sécurité de l'État ne doivent pas compromettre la vie des gens pour seulement quelques rouleaux de tissu ou d'autres objets », a-t-il déclaré. 

Cette région est frontalière de l’Afghanistan et du Pakistan. La police et les douanes mènent une chasse sans merci à la contrebande des petites gens alors que celle des autorités se chiffre en milliards de dollars. La région abrite aussi la minorité ethnique baloutche, de confession musulmane, un double crime aux yeux des mollahs. La répression est si féroce que certains villages n’ont plus aucun homme en vie. Ils ont tous été exécutés. 

La répression menée en toute impunité par les forces de sécurité, vise autant les autorités religieuses sunnites, que les gens ordinaires. Les agents tirent à vue sur les véhicules, sans sommation ni vérification. Femmes, enfants, jeunes, vieillards, pères de familles ont été tués et blessés par dizaines jusqu’à présent.