RFI - Un haut dignitaire iranien qui se faisait soigner dans une clinique privée en Allemagne a quitté plus vite que prévu Hanovre ce jeudi. Cet ancien responsable de la justice iranienne accusé d'avoir fait pratiquer la torture était menacé par le dépôt de plaintes pour crimes contre l'humanité. Il a préféré ne pas attendre que la justice allemande achève son enquête et prononce le cas échéant un mandat d'arrêt.

La menace d’un mandat d’arrêt a pris le dessus sur les priorités médicales. L’ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi a préféré quitter jeudi matin escorté par des forces de sécurité allemandes l’hôpital de Hanovre où il séjournait depuis le mois dernier pour une tumeur au cerveau.

Le dignitaire iranien s’est envolé quelques heures plus tard vers Téhéran depuis l’aéroport de Hambourg. Il a bénéficié d’un accès séparé à l’avion où une demi-douzaine de places avaient été réservées en classe affaires. Les protestations spontanées d’exilés iraniens sur place n’ont pas empêché ce départ.

La présence de l’ayatollah en Allemagne avait suscité les critiques d’opposants comme des défenseurs des droits de l’homme. Ce proche du guide suprême de la révolution Ali Khamenei a été à la tête durant vingt ans de la justice iranienne. 2000 personnes dont des enfants ont été exécutés d’après Amnesty International lorsqu’il était aux responsabilités. La torture était couramment utilisée.

Le dépôt de plusieurs plaintes en Allemagne dont celle d’un ancien député vert pour crimes contre l’humanité a conduit le parquet fédéral à se saisir du dossier.

Une demande de mandat d’arrêt aurait pu empêcher le débat de l’ayatollah Shahroudi d’Allemagne. Mais la justice devait encore examiner les plaintes déposées.

Malgré son départ précipité, le parquet fédéral veut poursuivre l’enquête. Si celle-ci devait déboucher sur un mandat d’arrêt international, la justice allemande pourrait en théorie exiger l’extradition du dignitaire iranien s’il était interpellé à l’étranger.

 

IRAN 
Mai 2018

 18 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions