Iran Manif – Ces derniers jours, il y a eu plusieurs accidents mortels du travail Iran en raison de l'absence de normes de sécurité au travail.

Kamrouz Amini, le médecin-chef de Kohgiloyeh et Boyer-Ahmad, a cité des statistiques sur les accidents au travail et a déclaré qu'au cours des six premiers mois de l'année (iranienne de mars à aout), les accidents de travail avaient augmenté de 20 % par rapport à la même période l’année dernière, atteignant 249 cas.

« Au cours de la même période l'année dernière, près de 192 cas d'accidents de travail ont été signalés aux médecins légistes à Kohgiloyeh-Boyer-Ahmad », indique l’agence Ilna, le 19 octobre 2017.

Un ouvrier de l'usine de ciment de Khash, qui inspectait les installations de l'usine, a eu un accident qui lui a sectionné le bras.

« Au cours de l'inspection, le bras droit de ce travailleur âgé de 50 ans, qui a 21 ans d'expérience, s'est retrouvé coincé dans la courroie du broyeur, et son bras été sectionné à l'épaule », a déclaré Hossein Ali Akbari, le secrétaire exécutif de la Chambre des travailleurs du Sistan-Baloutchistan.

« Parce que l'hôpital de Khash ne disposait pas de suffisamment d'installations, le travailleur a été transféré à Zahedan et une greffe de bras n'a pas pu être faite », a-t-il ajouté à l’agence ILNA, le 18 octobre 2017.

A Aligoudarz, ce sont deux travailleurs de la construction qui sont morts le 20 octobre à l'extérieur d'un bâtiment à moitié construit : « La cause de leur mort semble provenir d'une inhalation de gaz ou d'un choc électrique », a déclaré le responsable du centre de secours d’Aligudarz.

Leurs corps ont été transférés au bureau du médecin légiste pour déterminer la cause du décès.

(Site d'information officiel de l'IRIB, le 21 octobre 2017)