Iran Manif – Le régime des mollahs en Iran a décidé de donner un nouveau tour de vis en visant les étudiants emprisonnés. Le but est double. Tout d’abord de les amener à faire des aveux forcés télévisés, histoire de décourager les camarades qui envisagent encore de descendre dans la rue. Ensuite de dissuader tout le monde de reprendre les protestations après les vacances du Nouvel An iranien. Peine perdue, le soulèvement est bien parti pour un grand nettoyage de printemps et un changement de régime au grand complet.

A la prison de Babol, Mohsen Barzegar, un étudiant militant bien connu de l’université Nouchirvani de cette ville du nord de l’Iran, a été transféré dans la section des prisonniers dangereux de droit commun. Le 21 mars, premier jour de l’année iranienne, il a été victime d’un lynchage sous les yeux des gardiens, qui avaient chargé un groupe de ces détenus de l’agresser. Il a été laissé dans un si mauvais état qu’il a dû être hospitalisé. Mohsen Barzegar a été condamné à 10 mois de prison et un an d’exclusion de l’université pour avoir manifesté.

Il y a également le cas d’Iman Sedighi, de la même université, et de Mohammad Esmaïlzaddeh, un blogueur de Babol, qui ont tous les deux étés violemment passés à tabac dans cette prison.

Voilà plus de quarante jours qu’Ali Akbar Adjami a été incarcéré à Evine. Ses parents n’ont toujours aucune nouvelles de lui et les autorités leur refusent le moindre contact. Etudiant en droit à Téhéran, Ali Akbar Adjami est aussi rédacteur en chef du journal étudiant « Donia-ye-Behtareh » (un monde meilleur). Il avait été arrêté le 10 avril 2009 chez ses parents, dans un village près de Sabzevar dans le nord-est de l’Iran, avant d’être envoyé à la prison d’Evine de Téhéran.

Chirine Ghalatchedari, étudiante en médecine dans la capitale a été arrêtée le 26 mars par cinq agents des services de renseignements près de sa faculté et emmenée vers une destination inconnue. La famille a fait des recherches auprès du ministère du renseignement, de la sécurité de la faculté de médecine et à la prison d’Evine, sans pour autant obtenir la moindre information.

Un étudiant de Qazvine, dans l’ouest de Téhéran, Amir Hossein Tavakoli, a lui été condamné à un an de prison. Il avait été arrêté le 8 novembre 2009 par quatre agents des services de renseignement et transféré à la section 350 de la prison d’Evine. Il avait courageusement protesté contre la mort de deux de ses camarades, Achkan Sohrabi et Air Javadifar, tués par le régime durant le soulèvement populaire.

IRAN 
Avril 2017

26 exécutions

(Janvier: 95 exécutions - Février: 52 exécutions - Mars: 45 exécutions - )

-----------------------------

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions