Iran Manif -  Une avocate irakienne et militante des droits des femmes a été exécutée par le groupe de barbares Daech, a déclaré le 25 septembre le Haut commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies.

Ce crime survient à la suite de l’exécution de plusieurs femmes irakiennes dans des zones sous la tyrannie du groupe, selon des documents des observateurs des Nations Unies.

Deux candidats aux législatives irakiennes dans la province de Ninive, ont été tués en juillet. Une troisième candidate a été enlevée par des hommes armés à l'est de Mossoul et nul ne sait ce qu’elle est devenue depuis.

La dernière victime, Samira al-Naïmi, a été enlevée à son domicile par Daech le 17 septembre et torturée pendant plusieurs jours avant d’être exécutée en public par un peloton d'exécution masqué, le 21 septembre, a déclaré dans un communiqué, Zeid Ra'ad Al-Hussein, le Commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies.

Mme Naïmi avait posté des commentaires sur sa page Facebook condamnant l'attentat et la destruction des mosquées et des sanctuaires par Daech à Mossoul, une ville du nord de l’Irak, les qualifiant d’actes « barbares ».