Courrier International – 28 mai/4juin - A Téhéran, les mères toxicomanes finissent souvent par se débarrasser de leur progéniture. Ce quotidien iranien a mené son enquête.

Quotidien iranien Shahrvand, 29 avril– Somayeh a mis on fils au monde chez elle. Quand ses autres enfants sont arrivés, après l’accouchement, il y a avait du sang partout. Son nouveau-né n’est plus là. On le lui a acheté. Aujourd’hui, personne ne sait où il se trouve.

Lire la suite...

Par Samuel Ladvenu

mazemag.fr, 7 juin - Elle est tombée dans la marmite étant petite et depuis, sa passion ne s’est pas démentie. Née de parents iraniens, Sara Nouri s’est prise d’amour pour la patrie de ses racines. Un pays soumis au joug d’un régime théocratique et autoritaire, mis au ban des nations pour sa volonté farouche de maîtriser l’arme nucléaire. Aussi et surtout, mais on a tendance parfois à l’oublier, l’Iran s’est régulièrement fait épingler pour des violations multiples des droits de l’Homme. Une réalité que Sara Nouri, avocate de profession et militante au sein de l’Association des Femmes Iraniennes en France, souhaiterait voir remise au cœur des priorités de la communauté internationale. Elle évoque pour Maze Magazine son combat ardent en faveur des droits humains.

Lire la suite...

www.women.ncr-iran.org, 26 avril – C'est incroyable : L'Organisation des Nations Unies a nommé l'Iran dans plusieurs de ses commissions clés qui supervisent la protection des droits des femmes et des droits humains dans le monde. Le régime iranien, en tête des exécutions dans le monde, a récemment ordonné la pendaison d’une jeune femme de 26 ans victime d'un viol et vient juste d’attaquer la prison de femmes de Chahr-e-Rey. Et pourtant, mercredi dernier, l'ONU a jugé bon de nommer ce régime à une position clé de la commission du Conseil économique et social sur la condition de la femme (CSW), ainsi que dans quatre sous-commissions.

Lire la suite...

Par Elham Zanjani

Chime Original, 30 avril - (traduction de l'original en anglais) Je suis née en 1978 à Montréal, au Canada, un an avant que l’Iran du chah ne devienne l'Iran des mollahs. Je n'ai jamais vu ma patrie, mais j'ai choisi de faire partie de mon peuple. Ayant grandi au Canada, j'ai eu accès à toutes sortes de ressources et j'étais libre. À cet égard, je ressentais ma vie comme un présent. Ma famille, de la classe moyenne, avait quitté l'Iran dans les dernières années du régime du chah. Mais après la révolution et l’arrivée de Khomeiny au pouvoir, la vie en Iran est devenue encore plus inhumaine, en particulier pour les femmes. Mes parents ne cessaient de parler d’un retour proverbial. Après toutes ces années, l'espoir et la détermination de voir ce jour se sont renforcés.

Lire la suite...

Iran Manif – Un expert des droits du travail en Iran a pointé du doigt le faible contrôle des inspecteurs du travail dans les unités industrielles et de manufactures comme une raison de la non application des droits des salariés, en particulier des femmes, explique une dépêche de l’agence officielle Ilna en Iran le 22 avril.

Lire la suite...