Le vice-ministre de la santé en Iran rejette les allégations du ministre de la communication   

« Les ondes parasites ne sont pas nocives ». C’est ce qu’avait déclaré Mahmoud Vaezi, le ministre de la communication en février 2017 en Iran suite à la grande inquiétude que ces ondes avaient suscité dans ce pays.  

Or aujourd’hui le vice-ministre ministre de la santé délégué à  la recherche et la technologie, Reza Malelzadeh affirme le contraire : « D’après les recherches, les signaux parasites et les ondes électromagnétiques sont nuisibles et doivent cesser immédiatement. » 

Tout en étant nuisibles, ces signaux parasites peuvent provoquer des faussses couches ou la naissance d’enfants handicapés, a-t-il ajouté. 

Les ondes magnétiques diffusées depuis l’espace par satellites ou les téléphones portables sont faibles, mais les signaux propagés depuis la Terre peuvent provoquer des effets secondaires pour la santé, a expliqué mardi Reza Malekzadeh, en marge du 33e congrès international de radiologie en Iran, d’après Radio Farhang, une radio iranienne basée en Suède à Goteborg, le 9 mai. 

Aucun pays n’a effectué de recherches sur l’impact de ces ondes parce qu’elles sont très rarement utilisées, a souligné Reza Malekzadeh tout en ajoutant que les études faites sur les animaux ont avéré leur nocivité.  

Des recherches sont en cours, a-t-il ajouté, mais les résultats seront spécifiés d’ici 10 ans. Le ministère de la santé a révélé l’effet nuisible de ces signaux et demandé leur interruption.  Un geste pour la galerie et calmer l’opinion publique. 

Outre le  fait que les ondes parasites soient utilisées à grande échelle dans les villes pour brouiller tout genre de communication et les chaines satellites très prisées par les Iraniens, les prisons ont recours à grande échelle à ces signaux surtout dans les sections politiques, comme forme de torture sur les opposants. Elles déclenchent des nausées, des migraines et des étourdissements.