Iran Manif - Les Etats-Unis ont pour la première fois révélé mercredi qu'ils maintenaient en détention sur leur sol un Iranien soupçonné de trafic d'armes vers l'Iran, qui a été extradé il y a deux ans, selon des déclarations du procureur fédéral du Delaware (est).

Le ministère de la Justice a précisé dans un communiqué qu'Amir Hossein Ardebili avait plaidé coupable en mai 2008 et que sa peine serait prononcée le 14 décembre.

Poursuivi notamment pour contrebande, complot et blanchiment d'argent, l'homme a été confondu après trois ans de travail d'infiltration par un agent fédéral américain sous couverture. M. Ardebili était, selon le ministère, "un agent chargé d'acquérir des armes en grande quantité pour le compte du gouvernement iranien".

"Les accusations qui sont révélées aujourd'hui racontent l'histoire d'un homme responsable de passations de marché pour le gouvernement iranien", a expliqué à la presse David Weiss, procureur fédéral du Delaware. Le travail de M. Ardebili "était de se fournir et d'exporter illégalement des technologies et du matériel militaires américains", a-t-il ajouté.

"Son seul client était le gouvernement iranien, il a acheté illégalement du matériel pour qu'il soit utilisé par l'Iran dans le cadre de ce qu'il croyait être la préparation de ce pays à une guerre contre les Etats-Unis", a précisé le procureur.

Evoquant une "affaire majeure", M. Weiss a précisé que l'enquête visant Amir Hossein Ardebili avait commencé en 2004. Selon les documents de justice révélés mercredi, ce ressortissant iranien a "demandé et dépensé des millions de dollars pour vendre des composants (militaires) américains à l'Iran", essentiellement de l'électronique de bord pour des avions de chasse.

La presse locale avait révélé mardi matin que M. Ardebili avait été arrêté en Géorgie en 2007 puis extradé secrètement vers les Etats-Unis. Selon le journal, l'Iran a plusieurs fois officiellement demandé sa libération.
Le ministère a précisé que l'homme était en possession d'un ordinateur portable dont le contenu a permis aux autorités américaines de suivre plusieurs pistes avant de révéler son arrestation et sa détention.

Les Etats-Unis arrêtent régulièrement sur le sol américain des personnes soupçonnées d'envoyer des armes vers l'Iran. L'agence fédérale américaine des douanes et de l'immigration affirme avoir en 2007-2008 procédé à 333 arrestations dans le cadre de 2.252 enquêtes ouvertes pour exportation illégale d'armes ou de technologies militaires, en majorité vers l'Iran ou la Chine.

Récemment, le Belge Jacques Monsieur, trafiquant d'armes notoire, a plaidé coupable aux Etats-Unis d'avoir cherché à vendre des composants d'armes américaines à Téhéran.

(Agences de presse)

L’ambassadeur en poste à Paris, piochait allègrement dans le budget des visas

Marianne, 28 novembre - Si les passants de l’avenue d’Iéna, à Paris, trouvent en ce moment un air tendu aux diplomates sortant de l’ambassade d’Iran, cela n’a rien à voir avec les actuelles provocations du gouvernement de Téhéran au sujet de l’enrichissement d’uranium.

Lire la suite...

Iran Manif -  Selon un communiqué du secrétariat du CNRI, samedi 28 novembre, une douzaine d’agents notoires du Vevak (ministère du renseignement des mollahs) sont venus semer le trouble à Cergy (Val d'Oise) et opérer une opération de désinformation contre la Résistance iranienne. Ayant recruté quelques réfugiés afghans et africains pour grossir leur nombre, ils étaient arrivés des Pays-Bas à bord de deux camionnettes Benz, immatriculées 66 BP PV et 15 VX LR et d'une Citroën immatriculée 548 BXQ 60. Cette intervention s’avère être une réaction, hystérique, aux éclaircissements efficaces apportés par la Résistance sur les installations nucléaires secrètes du régime iranien. C’est aussi une réaction au rapport du Secrétaire général de l'ONU au Conseil de Sécurité sur l’attaque de cet été contre le camp d’Achraf, au moment où la justice espagnole se saisit des plaintes concernant les crimes des agents des mollahs dans ce camp.

Lire la suite...

L'Express.fr - Isolé sur la scène internationale au sujet du nucléaire, le président du régime iranien cherche du soutien auprès des dirigeants latino-américains à commencer par le président brésilien Lula. Mahmoud Ahmadinejad a entamé lundi une visite controversée de vingt-quatre heures au Brésil, un pays qui privilégie le dialogue pour amener le régime iranien isolé à coopérer sur le dossier nucléaire.

Lire la suite...

Courrier international, 19 novembre – « L’Iran est l’un des dix plus gros pollueurs du monde », déplore le quotidien iranien Jam-e Jam, se faisant l’écho de Mohammad Javad Mohammadizadeh, le nouveau vice-président de la Protection de l’environnement de l’Iran, une instance officielle. « Il était temps de tirer la sonnette d’alarme. Selon Mohammadizadeh, si la destruction des forêts continue au rythme actuel, dans cent ans, il n’y aura plus aucun arbre en Iran. La préoccupation environnementale s’est accrue après l’abattage de plus de 4000 arbres dans l’ouest de l’Iran par la Compagnie nationale de développement pétrolier et gazier. Ces arbres ont été coupés dans le but de libérer la voie pour des pipelines », relate le journal de Téhéran.

Lire la suite...