Iran Manif - On ne pourra pas faire plus clair. Hasan Rohani, le président des mollahs, laisse éclater sa joie. Sur son site internet, il couvre d'éloges et de félicitations le dictateur syrien Bacahr Assad, son homologue, pour la destruction d'Alep et le massacre de la population. Avis à tous les apôtres de la "modération" du régime iranien.

Le régime iranien qui a perdu 10.000 hommes dans le  bourbier syrien qu'il finance à coups de dizaines de milliards de dollars et qui le laisse sur la paille, estime qu'il s'agit "d'une très grande victoire". L'Histoire jugera tous ceux qui trempent dans ces crimes de guerre et ces crimes contre l'humanité.

Bachar al-Assad qui reste la tête hors de l'eau grâce à l'argent, aux armes et aux miliers d'hommes que le les mollahs lui envoient, a salué le fait que l'Iran soit resté "du côté du peuple syrien et de son gouvernement dans les moments les plus difficiles, et nous l'oublierons jamais".

En pleine vague d'exécutions et d'arrestations en Iran, la dictature religieuse à Téhéran a déployé des panneaux portant l'inscription : "La lutte contre les Etats-Unis a encore payé. Alep a été libérée". Ils portaient la signature des Gardiens de la révolution - omniprésents en Syrie - et de la mairie de Téhéran. A oui, le maire de Téhéran, lui aussi chanté comme un modéré.