Iran Manif (avec Reuters) - Les sénateurs républicains des États-Unis prévoient d'introduire une loi pour imposer de nouvelles sanctions contre l'Iran, l'accusant de violer les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU en testant des missiles balistiques et en ayant des menées visant à « déstabiliser » le Moyen-Orient.

« Je pense qu'il est temps à présent pour le Congrès de s'en prendre directement à l'Iran pour ce qu'il fait en dehors du programme nucléaire », a déclaré le sénateur Lindsey Graham, membre de la commission des Services armés du Sénat à la Conférence de Munich sur la sécurité.

Graham a dit qu'avec d'autres républicains, il allait prendre des mesures pour tenir l'Iran responsable de ses actions.

Les tensions entre Téhéran et Washington ont augmenté depuis le test iranien de missile balistique qui a incité l'administration américaine de Donald Trump à imposer des sanctions aux individus et aux entités liés aux gardiens de la révolution.

« L'Iran est un mauvais acteur au sens le plus large du terme en ce qui concerne la région. Je dis à l'Iran que s'il veut que nous le traitions de manière différente, il doit cesser de fabriquer des missiles, de les tester au mépris de la résolution de l'ONU et d'écrire « Mort à Israël » sur les missiles. C'est un message ambigu », a déclaré Graham.

Le sénateur Christopher Murphy, membre de la commission des Affaires étrangères, a déclaré au même panel que rien n'empêchait le Congrès d'imposer des sanctions au-delà de celles qui levées à la suite de l'accord nucléaire de 2016 avec l'Iran.

Murphy, un démocrate, a déclaré au panel qu'il avait soutenu l'accord nucléaire dans le sens explicite que cela n'empêcherait pas le Congrès de prendre des mesures contre l'Iran en dehors de la question nucléaire.

Murphy a déclaré que les États-Unis devaient décider s'ils voulaient jouer un rôle plus large dans le conflit régional.

« Nous devons prendre une décision si nous allons nous impliquer de manière plus intensive qu'aujourd'hui dans la guerre par procuration entre l'Iran et l'Arabie saoudite », a-t-il confié.

 

IRAN 
Mars 2017

42 exécutions

(Janvier: 95 exécutions - Février: 52 exécutions)

-----------------------------

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions