La Presse (Canada) - Les États-Unis ont exhorté jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU à donner «la priorité» aux activités «incroyablement destructrices» de l'Iran au Moyen-Orient et à accorder moins d'attention au conflit israélo-palestinien.

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a qualifié l'Iran de «principal coupable» des conflits au Moyen-Orient et s'est engagée à collaborer avec les alliés de Washington pour faire en sorte que Téhéran respecte les résolutions de l'ONU.

La diplomate a cité le soutien de l'Iran au président syrien Bachar al-Assad, l'armement des rebelles Houthis au Yémen, la formation des milices chiites en Irak et la présence au Liban du Hezbollah soutenu par Téhéran.

«La question israélo-palestinienne est importante et mérite attention. Mais c'est une question qui n'a certainement pas manqué d'attention ici», a commenté Nikki Haley lors d'un débat mensuel du Conseil de sécurité sur le Moyen-Orient.

«La nature incroyablement destructrice des activités iraniennes et du Hezbollah dans tout le Moyen-Orient exige une attention beaucoup plus soutenue de notre part», a-t-elle ajouté.

«Cela devrait devenir la priorité de ce Conseil dans la région», a-t-elle ajouté.

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson avait estimé mercredi que l'accord nucléaire international conclu avec l'Iran en 2015 «échouait» à remplir ses objectifs, après l'annonce par le président Donald Trump d'une réévaluation de l'allègement des sanctions en vertu de cet accord.

Nickolay Mladenov, envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, a évoqué Israël, les Palestiniens, la Syrie, le Liban, la Libye et le Yémen, mais n'a pas mentionné l'Iran dans son rapport au Conseil.

À l'issue de la réunion, Nikki Haley a affirmé devant des journalistes que Washington continuerait à se concentrer sur l'Iran pour «s'assurer que tout le monde sache que tous les coups fourrés (dans la région) portent la trace de la main de l'Iran».