Die Welt 28 avril - Jusqu'à cinq explosions puissantes ont secoué Damas la capitale de la Syrie  jeudi matin, peu de temps après un incendie à l'aéroport international. Selon une organisation syrienne des droits humains et des sources d'opposition, des explosions ont frappé la partie militaire de l'aéroport qui serait utilisé par des milices affiliées au régime et dirigées par le Hezbollah libanais.

La milice maintient un contingent d'environ 8000 combattants en Syrie pour soutenir le régime du président Bachar al-Assad. Les explosions ont détruit des dépôts d'armes et de munitions que fourniraient régulièrement les gardiens de la révolution iraniens à leurs alliés sur cet aéroport dans la guerre civile syrienne.

Les médias arabes ont rapidement identifié le responsable : encore une fois, des avions de guerre israéliens sont derrière l'attaque. Cela n'a pas encore été confirmé. Cependant, le ministre du renseignement israélien Israel Katz a déclaré dans une interview à la radio que les événements à Damas se sont « pleinement conforme à notre politique visant à empêcher les livraisons d'armes au Hezbollah. »

Ce sont précisément ces frappes préventives réussies qui font face à une nouvelle stratégie de l'Iran : afin e favoriser davantage leurs alliés dans la région, les gardiens de la révolution iranien (Pasdaran) ont construit au Liban et au Yémen des usines souterraines et secrètes d'armes. Cela a été confirmé par les agences de renseignement occidentales de « Welt ». Le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan déjà annoncé en mars que le Hezbollah, dont l'arsenal de missiles jusqu'à présent provenait principalement des stocks iraniens et syriens, était désormais en mesure de produire ses propres missiles.

Peu de temps après, un quotidien koweïtien rapportait que la force Al-Qods, le bras des Pasdaran à l'étranger, a construit plusieurs usines d'armes au Liban et au Yémen. Les sources de renseignement de « die Welt» ont confirmé une variété d'armes produite : des fusils, des mortiers, des munitions, des missiles antichars, des véhicules blindés, des bateaux à moteur et des drones pouvant être équipés d'explosifs. Une partie de ces armes auraient été utilisés avec succès en Syrie.

Il est particulièrement préoccupant que l'Iran, le Hezbollah et les Houthis soient de produire des missiles mer-sol pouvant menacer le transport maritime international. De plus, dans ces usines souterraines, des missiles sol-sol sont produits avec une portée allant jusqu'à 500 kilomètres menaçant Israël et l'Arabie Saoudite.

Lire l'article en entier