Moudjahidin contre clergé chiite

Par Eric Rouleau

Le Monde, Téhéran, 29 mars 1980 – Extraits – L’Un des « happenings » de Téhéran à ne pas rater est le cours de philosophie comparée que donne tous les vendredis après-midi M. Massoud Radjavi. Quelque dix mille personnes, munies de cartes d’admission, se rassemblent sur les pelouses de l’université Chérif pour écouter, trois heures durant, le chef des Moudjahidin Khalq (les combattants du peuple).

Lire la suite...

Washington Times, 21 avril – L’Iran augmente sa force paramilitaire Qods opérant au Venezuela tout en continuant secrètement ses livraisons d'armes et d'explosifs aux talibans et autres insurgés en Afghanistan et en Irak, selon le premier rapport du Pentagone au Congrès sur l’armée de Téhéran.

Le rapport sur la puissance militaire iranienne fournit de nouveaux détails sur le groupe connu officiellement comme la Force Qods du Corps des gardiens de la révolution (FQ-CGR), des troupes de choc islamistes déployées dans le monde pour promouvoir les intérêts iraniens. L'unité est alliée aux terroristes en Irak, en Afghanistan, en Israël, en Afrique du Nord et en Amérique latine, et le rapport avertit que les forces américaines seront susceptibles à l'avenir de lutter contre les paramilitaires iraniens.

Lire la suite...

Iran Manif – Suivant la technique utilisée d’abord pour s’implanter au Liban, par des services sociaux et des mannes financières pour fidéliser les populations et former au fil des ans milices et réseaux intégristes, les mollahs d’Iran se greffent dans les pays pauvres d’Afrique, avec une prédilection pour les pays francophones. Le site iranien Kamaleh du 15 avril, nous donne un aperçu de la technique et du travail d’implantation :

Lire la suite...

Par Philippe Bernard

Le Monde, 15 avril - Le tapis chamarré se remarquerait à peine dans l'élégante salle de musique du palais présidentiel de Dakar, s'il n'était orné d'une inscription brodée bien visible sur l'un de ses côtés. Rédigée en français, elle n'échappe à aucun des invités du chef de l'Etat sénégalais :" offert par la République islamique d'Iran". Sollicitude affichée envers des pays pauvres, contre soutien diplomatique à l'Iran : pour lutter contre son isolement, Téhéran a conclu cette alliance "stratégique" avec une dizaine de pays africains, de la Mauritanie au Zimbabwe en passant par le Congo-Kinshasa et le Soudan.

Lire la suite...

Iran Manif - L'Iran intégriste a jeté son dévolu sur l'Afrique, partout où il existe une communauté musulmane pauvre, où il est facile d'implanter un réseau intégriste en échange de millions de pétro-dollars.

Le procédé est simple : une école, un dispensaire, un hôpital en échange de fidélité politique, d'adhésion à des "associations culturelles" ou "islamiques". Des bourses "d'études" en Iran jouent un rôle majeur pour le recrutement, puis la formation des noyaux intégristes et terroristes. Les "échanges techniques et commerciaux", pires "culturels" (avec un pays qui réprime aussi sauvagement ses étudiants), sont d'autant d'occasions pour le déplacement incognito de membres du corps des pasdaran, de la force terroriste Qods et du ministère du renseignement, le Vevak. Plus le pays est pauvre, et plus les mollahs investissent. Le vivier teroriste va miner le pays comme un nid de termites, et s'exporter comme des agents dormants dans tout l'occident.

Lire la suite...

Iran Manif - Selon l’article 167 de la Constitution du régime au pouvoir en Iran, outre les textes de la loi, les fatwas des sources d’émulation (surtout celles de Khomeiny) ont la force de la loi et les juges ne sont pas autorisés à émettre aucun verdict contraire à celles-ci.
Les lois civiles du régime sont basées sur la discrimination entre l’homme et la femme.
L’ensemble des lois pénales actuelles du régime intitulé le code pénal islamique et contenant 729 articles est entièrement basé sur des châtiments corporels comme la peine de mort, torture et la flagellation. Outre des châtiments inhumains comme la lapidation, la crucifixion, faire chuter la victime du haut d’un rocher, amputations…dans plus de 100 cas la peine de mort et dans environ 50 cas des coups de fouet ont été prévus. Les châtiments corporels appelés « Diya » constituent la base des peines prévues par ce code.

Lire la suite...

Par Nile Gardiner

The Daily Telgraph, 23 mars - A tous égards et toutes fins la Grande-Bretagne est déjà en guerre avec la dictature iranienne et l’est depuis plusieurs années. L’article inquiétant paru ce week-end dans The Sunday Times ne fait que confirmer ce que nous savions depuis un certain temps - que l'Iran forme activement les talibans en Afghanistan, et qu’il est directement impliqué dans l'assassinat des forces britanniques, américaines et alliées. L’intervention directe de Téhéran en Afghanistan s'inscrit dans le sillage de l'insurrection soutenue par l'Iran dans le sud de l'Irak, qui a conduit à la mort de plus d'une centaine de soldats britanniques.

Lire la suite...