Kaboul (AFP) - Au chômage et sans perspectives, des milliers de chiites afghans enrôlés par l'Iran partent se battre en Syrie pour défendre le régime de Bachar el-Assad. "Pour moi c'était juste une affaire d'argent, je n'ai jamais vu personne s'engager là-bas pour des motifs religieux", confie l'un d'eux, de retour à Kaboul après avoir risqué sa vie pour une guerre dont il ignore les enjeux.

Lire la suite...

Huffingtonpost.com - L'ancien président de la Chambre des représentants et candidat à la présidence es Etats-Unis, Newt Gingrich, a qualifié le pouvoir religieux en Iran de « dictature à façade démocratique » en ajoutant : « Si vous ne faites pas partie de la dictature, et que vous n'êtes pas admissible pour le dictateur, vous ne pouvez pas vous présenter, et donc prétendre que les élections offrent un choix sérieux au peuple iranien est juste un fantasme. »

Lire la suite...

 

Cnsnews.com, 21 septembre - Quelques heures après que le président iranien Hassan Rohani ait déclaré à l'Assemblée générale des Nations Unies mercredi, que son pays était «en première ligne de la lutte contre le terrorisme », la vice-présidente de l'Argentine a rappelé au monde entier que son pays avait encore un dossier ancien de 23 ans à régler avec Téhéran - l'attentat terroriste le plus meurtrier de son histoire.

Lire la suite...