La chute d'Alep restera dans l'histoire comme la honte des décideurs mondiaux.

Par Giulio Maria Terzi,

Europe Newsweek - le 15 décembre  - Avec la ville d'Alep désormais complètement occupée par les forces du dictateur syrien Bachar al-Assad, les médias sociaux ont permis de voir clairement le carnage. Les politiciens occidentaux ne peuvent prétendre ne pas avoir su.

Lire la suite...

Le Temps (Suisse) - Le calvaire se poursuit. Toute la journée de mercredi, les bombes ont continué de s’abattre sur les derniers kilomètres carrés d’Alep-Est qui échappent encore au contrôle de l’armée syrienne. Quelque 50 000 personnes restent donc à la merci des canons. L’annonce, mardi soir, d’un accord de reddition des forces rebelles n’y a rien pu.

Lire la suite...