Iran Manif - La colère monte en Iran. Elle suit la courbe ascendante de la crise économique et de la répression. Les frigos sont vides dès la première semaine du mois, le pouvoir est noyé dans des scandales de détournements de fonds qui s'élèvent à des milliards et la misère écrase la grande majorité de la population. Alors les Iraniens manifestent.

Ce 20 décembre 800 victimes d'une énorme escroquerie d'Etat se sont rassemblés sous les fenêtres du Majlis, l'assemblée, des mollahs à Téhéran, dès 8h du matin pour réclamer qu'on les rembourse. Ils ont tout perdu. Bannières, pancartes et slogans, ils se sont fait entendre : "Vol et de corruption, c'est le ministère de l'économie", "une escroquerie en moins, un remboursement pour nous", scandaient-ils entre autres mots d'ordre.

A Ispahan, ce sont des agriculteurs qui ont manifesté. Durement touchés par la grave pénurie d'eau -- plus de 80 %  des ressources en eau du pays ont disparu -- ils sont allés crier tout le mal qu'ils pensent de la politique des mollahs en la matière. Ils ont interrompu le discours de l'ex-preneuse d'otage Massoumeh Ebtekar, recyclée dans l'environnement par le gouvernement Rohani. "Pourquoi vous donne-t-on la parole, quand on nous la refuse?", ont-il lancé à Ebtekar. Accusant la mauvaise gestion de l'eau par les autorités - cours d'eau déviés vers les usines du corps des pasdaran ou construction anarchique de barrages hydrauliques par les sociétés des mêmes pasdaran - ils ont vite eu la parole coupée par des agents de sécurité en civil.