Al Arabia.net - L'Iran figure parmi les pays qui abusent de plus en plus des notices rouges d'Interpol pour demander l'arrestation d'opposants politiques, ont annoncé mercredi les élus européens en citant cinq cas la dernière décennie.

Le Conseil de l'Europe a déclaré dans une résolution que la publication d'avis rouges à ces fins - pour informer les 190 membres d'Interpol de l'avis de recherche de quelqu'un pour son arrestation et s'assurer de son expulsion - était déplorable.

Le nombre d'avis rouges a grimpé à 12 787 en 2016, contre 2 343 en 2005, a déclaré l'assemblée parlementaire du Conseil, qui regroupe plus de 300 membres de parlements nationaux à travers l'Europe.

« Interpol et son système de notices rouges a été mal utilisé par certains Etats membres à des fins politiques ces dernières années pour supprimer la liberté d'expression ou  persécuter les opposants politiques à l'étranger », avertit le rapport du Conseil.

 

Dans sa résolution, les législateurs européens se sont félicités des nouvelles selon lesquelles Interpol avait récemment adopté des mesures visant à améliorer les raisons pour lesquelles un État demandait un avis rouge. Toutefois, ils ont également fait valoir que le service de police international devrait faire davantage, y compris des mesures de recours plus forts pour une personne touchée par une notice rouge.