Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ismaël Bakhchi, syndicaliste de la sucrerie de Haft-Tapeh en Iran

Iran Manif - C'est un discours courageux qu'a tenu le syndicaliste Ismaël Bakhchi à l'immense complexe sucrier de Haft-Tapeh un foyer de protestation ouvrière dans le sud-ouest de l'Iran. Les employés de ce complexe sont en grève depuis neuf jours pour réclamer des salaires impayés et protester contre des licenciements abusifs.

Un discours tranchant et bien frappé devant le centre de sécurité, qui est en fait la milice patronale prête à réprimer à la moindre protestation.

Ismaël Bakhchi raconte d'abord comment la direction de la sucrerie de Haft-Tapeh a trompé cinq ouvriers en leur faisant miroiter un transfert administratif pour mieux les licencier ensuite. Ces cinq soutiens de famille, pour éviter la catastrophe du chômage, se sont arrosé d'essence et n'ont échappé à la mort que grâce à la vigilance des collègues qui les entouraient.

Mais « les responsables les ont emmenés dans une pièce. Nous avons pensé qu’ils voulaient régler leur problème, leur dire mais pourquoi vous avez voulu vous immoler par le feu. Non, et c'est là que l'on comprend toute l'étendue du scandale, les responsables leur ont reproché leur geste de désespoir en disant "mais pourquoi vous avez voulu vous brûler, vous nous avez couvert de honte". » !!!

Et Ismaël Bakhchi de conclure ce dramatique incident par une proposition radicale : « Il n'y a qu'une chose qui me vient à l'esprit : il faut rassembler tous les responsables du pays qui causent le malheur des travailleurs et leur dire "allez tous vous faire voir, bandes d'incapables ! " »

Une usine, pas une garnison

Continuant, Ismaël Bakhchi rappelle que « nous nous sommes rassemblés aujourd'hui devant le centre de sécurité. Cela fait des années que les directeurs de la sécurité ont oublié ou changer la véritable mission de cet organe. La véritable mission est de créer un climat de sécurité pour que les ouvriers puissent travailler avec le meilleur rendement. Ici c'est le contraire. Ils ont tous fait durant ces dernières années pour faire disparaitre la sécurité des travailleurs.

« Le nouveau directeur de la sécurité appartenait aux forces de sécurité juste avant de venir. On n'est pas venu pour lui dire que nous sommes en guerre contre lui, on est venu lui dire qu'on a deux mots importants à lui dire : si tu es venu pour exécuter ta véritable mission, on est avec toi. Mais toi qui étais avant chef des forces de sécurité à Téhéran, tu es aujourd'hui le chef de la sécurité d'ici. Alors écoute bien: ici tu es directeur, pas commandant, ici c'est un lieu de travail pas une garnison, et enfin ici on est à Haft-Tapeh, pas à Téhéran. » Et une voix dans le rassemblement ouvrier d'ajouter : « nous ne sommes pas des délinquants, mais des ouvriers. » Ismaïl Bakhchi poursuit : "si tu es avec les ouvriers, on est avec toi. Si tu es contre les ouvriers, tu nous trouveras face à toi."

Salve d'applaudissements.

 

 

 

IRAN 
Novembre 2018

  14 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions, juillet: 40 exécutions, aout : 28 exécutions; septembre : 33 exécutions; octobre : 25 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions