Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

par Assefeh Emami

The Whip.net, 12 janvier

Je m’appelle Hanif et je viens juste d’avoir 29 ans,
Non, non ! Ne me cherche pas ici-bas, tu ne me trouveras pas !
Je suis celui qui te regarde depuis le ciel bleu
Je suis une étoile qui brille dans la nuit la plus sombre
Et j’attends le lever du soleil
Mon cœur est encore brûlant du feu de la balle
Qui m'a revêtu du rouge de mon sang.
Je me demande si désirer la liberté est un crime aujourd'hui
Alors, je suis le plus grand des criminels !
Les ténèbres ont vu la flamme du désir dans mes yeux
Maintenant, je suis une étoile, et je te regardant du haut des cieux.


La situation en Iran préoccupe tout le monde. Nous assistons au quotidien à la sauvagerie qui s'est terminée avec au moins 20 tués par balles et des gens écrasés par des véhicules de police. C’était dû à la révolte nationale déclenchée après les fraudes électorales en Iran et qui a atteint un tournant le jour de l'Achoura (27 décembre) contre la dictature au pouvoir.  Elle ne prendra fin qu’avec la liberté et à la paix de retour en Iran.

Avec mon frère Hanif, qui avait 29 ans lorsqu'il a été tué uniquement parce qu'il était en quête de liberté pour l’Iran, nous menions une belle vie en Suède et nous ne nous doutions pas que je devrais un jour lui dire adieu à jamais. Je suivais des études de sociologie et Hanif de médecine. Nous avions la meilleure vie qui soit pleine de joie et de bonheur, mais nous avons décidé de tout changer pour l'avenir de l'Iran et ramener la liberté volée par le régime iranien. C’est pour cette raison que je vis maintenant dans mon deuxième foyer au Camp d'Achraf, situé au nord de Bagdad.

Aujourd'hui, je vois en Iran la même oppression qui s’est produite par le passé à Achraf, à savoir tirer sur mes compatriotes, les renverser avec des véhicules militaires, les battre à coups de matraque et faire exploser des gaz lacrymogènes. J'ai été blessée au visage lors de l'attaque sur 28 juillet par les forces irakiennes et Hanif mon frère a reçu une balle en plein cœur. Quel était son crime ? L’ont-ils tué juste parce qu'il ne voulait pas partir de chez lui ? Ou bien, parce qu'il recherchait la liberté pour l’Iran ?

Aujourd'hui nous voyons la raison principale pour laquelle le régime iranien nous tue, nous exécute et nous réprime ouvertement. C'est à cause de la politique de complaisance des pays occidentaux avec la dictature en Iran et leur silence sur les menaces à venir qui guettent les résidents d'Achraf, des opposants au régime iranien. Le prétexte des mollahs pour nous réprimer, c'est que les membres de l'OMPI sont inscrits dans la liste du terrorisme des États-Unis. Cette désignation a été faite uniquement pour complaire aux mollahs en Iran. Nous ne devons pas oublier que l'OMPI a été radiée de la liste noire en Europe et en Angleterre, après sept décisions de la justice européenne. Cela montre clairement que la désignation de l'OMPI par le Département d'Etat américain, qui doit être supprimée, est une injustice et qu’elle est le résultat d'une collusion avec les mollahs iraniens.

Le moment d’un changement est venu. La seule façon de mettre fin à la dictature en Iran est de soutenir le soulèvement populaire. Les États-Unis doivent cesser leur politique de complaisance avec les mollahs. Le nom de la principale force d'opposition en Iran, les Moudjahidine du peuple, doit être retiré de la liste américaine afin d’enlever toute excuse au régime iranien pour opprimer et tuer son opposition à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Iran. Hanif, mon frère cadet, a été tué à cause de l'étiquette de terroriste collée à l'OMPI par les États-Unis qui a justifié son meurtre sans aucune punition.

Assefeh Emami
Résidente du camp d'Achraf - Irak