Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

France Libretés - Les forces irakiennes ont commencé une attaque criminelle contre le camp d'Ashraf à 04:45 ce matin à l'aide de blindés et avec une force militaire massive composée de plusieurs milliers de soldats irakiens ainsi que des forces spéciales et des engins de génie.

Le général Ali Gheidan, commandant des forces terrestres de l'armée irakienne dirige personnellement cette attaque et a donné l'ordre de tirer sur les femmes et les hommes sans défense. 23 habitants ont été tués par balle et d'autres écrasées par des blindés. Le nombre des blessés augmente toutes les minutes à cet instant ils sont au nombre de plus de 200. Plusieurs ont été également pris en otage.
 
De plus, les forces irakiennes ont mis en place un pilonnage des quartiers résidentiels d'Ashraf, augmentant le nombre des victimes, et ont également commencé le pillage du camp.
 
Cette tragédie intervient alors que la Résistance iranienne et les personnalités internationales avaient prévenu sur les risques un drame humanitaire majeur dans ce camp.
 
Simultanément au voyage en Irak de Robert Gates, ministre américain de la défense, et sa rencontre avec Al-Maliki, premier ministre irakien, le représentant militaire américain pour Ashraf, le général Mulinari, a quitté le camp et a donner ainsi le feu vert à cette opération criminelle.
 
Les forces irakiennes avaient commencé le redéploiement Ashraf depuis le 3 avril dernier.
 
Selon les informations de la Résistance à l'intérieur du régime iranien, les commandants des Gardiens de la révolution dans la force Qods, qui ont planifié cette attaque, précisent que le Premier Ministre Irakien Maliki aurait reçu l'accord tacite de Robert Gates pour cette opération. Les forces américaines ont reçu l'ordre de quitter Ashraf et de ne pas intervenir pour empêcher l'opération des forces irakiennes.
 
L'inaction des Etats-Unis et de la Communauté Internationale face au massacre des habitants qui jouissent de la protection de la quatrième convention de Genève et celui des Etats-Unis qui s'étaient engagés à les protéger, constitue un crime flagrant.
 
La Résistance iranienne a souligné, une fois de plus, la responsabilité des Etats-Unis dans la protection des résidents d’Ashraf et demande l’intervention urgente de ces forces pour faire cesser ce massacre sauvage et obtenir le retrait des forces irakiennes du camp.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a adressé une lettre au président Obama et à la Secrétaire d’Etat américain, lui demandant l’intervention de toute urgence des Etats-Unis pour faire cesser l'attaque et pour faire accepter les blessées à l'hôpital américain, vu le blocus médical d'Ashraf depuis 2009.


Sur la position de France Libertés

Dès Mars dernier France Libertés participait à un side-event de la seizième session du Conseil des Droits de l’Homme sur les obligations des Nations Unies vis-à-vis des exécutions en Iran et la protection des résidents du Camp d’Ashraf, à Genève.

Depuis le passage des pleins pouvoirs en Irak des Etats-Unis au gouvernement d’Al-Maliki en janvier 2009, la vie des résidents du camp d’Ashraf est gravement en danger. Ces deux dernières années en particulier, ils ont été les victimes de violations sévères des droits et libertés fondamentaux : refus d’accès aux soins, entraves à l’acheminement d’aide humanitaire et à l’accès à l’eau, crimes, tortures physiques et mentales… Le désengagement des Etats-Unis et le transfert de la protection d’Ashraf aux forces irakiennes (très proches du nouveau gouvernement iranien) est en contradiction flagrante avec les normes du droit international humanitaire.

C’est pourquoi, France Libertés intervient depuis plusieurs années dans diverses sessions du Conseil des Droits de l'Homme à Genève pour contribuer à défendre les droits humains des réfugiés politiques d'Ashraf et agir pour que la représentation des Nations Unies en Irak assume pleinement ses responsabilités en garantissant la protection et la sécurité pleine et entière de chacun des individus emprisonnés à Ashraf

France Libertés plaide également pour que l’Irak fasse d’Ashraf un symbole fort de son indépendance et souveraineté retrouvés en prouvant sa volonté de respecter les valeurs humanistes et démocratiques et restaurer un équilibre salutaire dans la zone.

En conclusion, plusieurs recommandations ont été adressées aux Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, parmi lesquelles :
•  la condamnation des violations des droits humains et des exécutions arbitraires des prisonniers politiques en Iran
•  la nomination d’un Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran,
•  l’appel au gouvernement irakien pour la protection et la sécurité des résidents du camp d’Ashraf
•  l’appel aux Nations Unies et aux Etats Unies pour la prise de mesures urgentes pour la protection du camp d’Ashraf ; ces mesures devant inclure l’arrêt immédiat des sanctions collectives prises à l’encontre des résidents et la mise en place d’une équipe permanente de surveillance par les Nations Unies, protégées militairement par les Etats-Unis.
 

* MRAP Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples

**OMCT Organisation Mondiale Contre la Torture