Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Index AI: PRE01/195/2011

Amnesty International, 8 avril 2011 - Les autorités irakiennes doivent lancer immédiatement une enquête indépendante sur  des informations disant que  les troupes irakiennes ont tué et blessé des habitants d'un camp d'exilés iraniens au nord de Bagdad lors d'une attaque non provoquée, a déclaré Amnesty International aujourd'hui.

"Les troupes irakiennes sont entrées dans le camp ce matin et ont fait usage d'une force excessive contre les habitants qui ont tenté de leur résister, selon les informations que nous avons reçues", a déclaré Malcolm Smart, directeur d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord.

"C'est la dernière d'une série d'actions violentes que le gouvernement irakien a prises contre les résidents d'Achraf, dont il s'oppose au maintien de la présence en Irak."

Des affrontements ont éclaté ce matin après que les forces de sécurité irakiennes aient pris position dans le camp utilisant des transports de troupes blindés et, apparemment, des tirs à balles réelles contre les habitants qui ont tenté de leur résister, faisant plusieurs morts et blessés. Pour l'instant, le nombre de victimes ne peut être vérifiées de manière indépendante.

Le camp dans la province de Diyala à environ 60 km au nord de Bagdad abrite quelque 3.400 exilés et réfugiés iraniens, y compris des membres et sympathisants du groupe d'opposition iranien interdit l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI).

Des responsables de l'OMPI ont déclaré à Amnesty International qu'en raison des restrictions imposées par le gouvernement irakien, l'établissement médical du camp d'Achraf ne dispose pas de médicaments ou d'équipements  adéquats pour traiter ceux qui , selon l'OMPI, ont été blessées dans des affrontements d'aujourd'hui.

"Si c'est vrai, c'est très inquiétant", a déclaré Malcolm Smart. "Qu'elles le veuillent ou non, les autorités irakiennes sont responsables de la sécurité et du bien-être des résidents du camp d'Achraf, ce qui comprend l'accès à un traitement médical immédiat et approprié en cas de besoin."

Les clips vidéo des affrontements que l'OMPI a téléchargés sur YouTube semblent montrer des  soldats irakiens tirant sans discernement sur la foule et l'utilisation de véhicules pour tenter d'en renverser d'autres.

Un porte-parole du gouvernement irakien a déclaré que les résidents du camp d'Achraf ont jeté des pierres sur les forces de sécurité dans ce qu'il appelle une «émeute». Les troupes n'ont pas ouvert le feu, dit-il, mais la force a été utilisée pour repousser les résidents à l'intérieur du camp.

Depuis que les États-Unis ont cédé le contrôle du camp d'Achraf aux forces de sécurité irakiennes à la mi-2009, l'OMPI a déclaré à Amnesty International que la présence militaire permanente a rendu difficile l'accès aux traitements médicaux à l'intérieur et l'extérieur du camp.

Un comité de sécurité irakien contrôle l'arrivée de l'approvisionnement médical dans le camp et décide de qui peut se déplacer à l'extérieur du camp pour un traitement spécialisé.

En juillet 2009, le gouvernement irakien a déclaré avoir mis en place une enquête sur le meurtre de six exilés iraniens lors d'un raid des forces de sécurité irakiennes sur le camp d'Achraf. Les résultats de cette enquête n'ont pas encore été rendu publics et on ne connaît aucun membre des forces de sécurité qui ait été tenu responsable des meurtres.

(Traduction de l'original en anglais)

http://www.amnesty.org/en/for-media/press-releases/iraq-investigate-deadly-violence-camp-ashraf-2011-04-08

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

251 manifestants tués

3700 blessés

7000 arrestations

dans 146 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE