Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

AFP, 14 avril - Des parlementaires du Conseil de l'Europe ont demandé jeudi à Strasbourg, que les Etats-Unis et les Nations unies assurent la sécurité des résidents du camp irakien d'Ashraf, théâtre le 8 avril d'une attaque meurtrière de l'armée irakienne. Le gouvernement de Bagdad veut fermer à la fin de l'année ce camp situé à 80 km au nord de la capitale et où vivent 3.500 combattants des Moudjahidine du peuple (OMPI), le principal mouvement d'opposition extérieur au régime iranien.

Plus d'une centaine de membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) ont signé la déclaration.

"Les Nations unies doivent installer un suivi permanent dans le camp pour éviter des atteintes aux droits des résidents", selon le texte qui demande aussi à l'Union européenne d'exiger "le retrait immédiat des forces irakiennes du camp d'Ashraf".

La déclaration cite un porte-parole des Moudjahidine, Shahriar Kia, qui affirme que "34 personnes (ont été) tuées dont huit femmes et plus de 300 blessées" dans l'attaque du 8 avril.

A Paris, dimanche, Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la Résistance iranienne, a souhaité "la reprise en charge" de la protection d’Ashraf par le gouvernement américain et "l’installation d’une équipe permanente d’observateurs des Nations Unies" dans le camp.

Le gouvernement irakien veut le départ des Moudjahidine, insistant sur la "nécessité de les faire partir d'Irak en utilisant tous les moyens, y compris politiques, diplomatiques et en coopération avec l'ONU et les organisations internationales".

Déclarée hors-la-loi en 1981 par le régime iranien, l'OMPI a été accueillie quelques années plus tard en Irak, en pleine guerre contre l'Iran, et ses militants ont combattu aux côtés des forces de Saddam Hussein.

Leur présence en Irak est cependant devenue problématique pour Bagdad après la chute de l'ex-président en 2003 et l'arrivée au pouvoir de dirigeants alliés à Téhéran.
Mardi, les Etats-Unis ont dit vouloir contribuer à une solution négociée entre l'Irak et le mouvement d'opposition iranien.

 

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

251 manifestants tués

3700 blessés

7000 arrestations

dans 146 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE