Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - "Une cité prospère et libre qui a surgi du désert, une enclave de liberté". C'est en ces termes que sur son blog que l'eurodéputée italienne Debora Serracchiani livre sa vision de la Cité d'Achraf en Irak qui abrite 3400 Moudjahidine du peuple d'Iran, la principale opposition démocratique au régime des mollahs : 

"C’est une histoire qui semble sortir des Mille et une nuits: Une cité prospère et libre qui a surgi du désert, à 90 km de Bagdad. Elle s’appelle Achraf et nul ne semble se souvenir qu’elle existe et qu’elle souffre.

Achraf est née en 1986, après le départ en exil en Irak des Moudjahidine du peuple iraniens. Un rapport du Parlement européen de 2005 la décrit en termes enthousiastes comme un mirage dans le désert, un ilôt autosuffisant technologiquqement avancé, une enclave de liberté.

Mais vous vous souvenez des fameuses armes non convetionnelles de Saddam, pour lequelles les Américians ont “dû” intervenir pour préserver la sécurité de la planète? A cause d’elles, Achraf a été bombardée: c’était une garantie que l’Iran avait requise au “Grand Satan”, en lui promettant de ne pas intervenir dans les opérations militaires (...)

En juillet 2004, les membres de l’organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran ont reçu le statut de « personne protégées » en vertu de la Convention de Genève. Leur protection est assurée, ironie du sort, par les Etats-Unis jusqu’à la fin de 2008, où ils la transmettent aux forces de sécurités irakiennes, à l’encontre du droit international. Sauf votre respect, on peut facilement imaginer le degré de démocratie de l’armée irakienne : en fait, le 28 juillet 2009, Achraf fait l’objet d’un raid à grande échelle.

Je me joins à Amnesty International pour dénoncer la situation où se trouve Achraf. Il est nécessaire d’en parler, de faire passer l’information. Vous vous souvenez de la princesse Shéhérazade ? Elle a réussi à sauver sa vie en racontant chaque nuit une nouvelle histoire. Faisons-le nous aussi pour la démocratie iranienne."