Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - « En tant qu’ancien parlementaire, et président de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT-Europe) et aussi président de la Laïcité, je voulais tout d’abord renouveler mon engagement et ma solidarité avec le combat que vous menez, Mme Radjavi. Je pense qu’il est important aujourd’hui », a déclaré Pierre Galand le 3 décembre à Bruxelles.

Il s’exprimait lors d’une réunion au sénat belge qui rassemblait des personnalités et des parlementaires en solidarité avec la Résistance iranienne, pour la libération des 7 otages d’Achraf et la protection du camp Liberty en Irak. Mme Radjavi, la dirigeante de l’opposition iranienne, en était l’invitée d’honneur.

Dans son intervention, Pierre Galand a ajouté : « Nous sommes dans un monde dans lequel à un certain moment on négocie, et parfois on oublie les victimes au nom de certaines priorités que l’on croit politiques. Il nous appartient de rappeler quels sont les fondements du vivre ensemble, de la capacité qu’on a de vivre dans un monde dans lequel les droits de l’homme sont des fondamentaux, dans lequel le droit international doit régir l’ensemble de nos rapports. Et donc soyez assurée qu’au nom de mon organisation, je suis extrêmement sensible au travail que vous faites. Je suis extrêmement sensible aussi à cet appel que vous avez porté depuis tant d’années. Je suis sensible aussi au fait que dans le camp d’Achraf des gens sont aujourd’hui martyrisés et qu’il y a ce problème grave de savoir quel est le sort réservé à ceux qui ont été carrément kidnappés, si pas assassinés.

« Donc je tiens à vous dire et je suis tout près à soutenir le Comité belge, en tant qu’ancien parlementaire. Je suis tout près à poursuivre avec vous ce travail ici en Belgique, au niveau de l’Europe et à faire entendre la voix de ceux qui sont les militants des causes les plus fondamentales des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, parce qu’il s’agit bien de ça, qui repose sur des résolutions fondamentales des Nations Unies, dont notamment la 1514 sur le droit à l’autodétermination.

« Donc soyez assurée Mme la Présidente que je maintiendrai cet appui et en ce sens je voulais être présent pour vous apporter ce témoignage, l’apporter aussi à mes collègues qui, je trouve, sont particulièrement courageux, parce qu’il est parfois difficile de mener des combats qui paraissent être à contre-courant alors qu’ils sont ceux de l’histoire. »