Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif – « Depuis des années, car l’affaire est loin d’être nouvelle, Achraf et bien sûr Liberty font l’objet d’attaques incessantes et meurtrières. Portant tout de même la communauté des Achrafiens n’a cessé de donner des gages quant à sa volonté de coopération vis-à-vis de la communauté internationale. Mais rien n’est fait », a déclaré Cynthia Fleury le 7 décembre à Paris.
La philosophe s’exprimait dans une conférence en solidarité avec les résistants iraniens d’Achraf et Liberty et sur la situation des droits humains en Iran. Outre Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, d’autres personnalités étaient présentes, comme l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, Geir Haarde, ancien premier ministre islandais, ou Naomi Tutu, militante sud-africaine des droits humains et fille du prix Nobel Desmund Tutu.

Dans son intervention, Cynthia Fleury a ajouté : « Rien n’est fait et la vie des Achrafiens, qu’ils soient dans le camp d’Achraf ou de Liberty, leur vie, leur dignité continuent d’être menacées, d’être détruites. La dernière attaque a relevé du massacre et sept otages ont littéralement disparu sous les yeux de cette communauté internationale abasourdie, paralysée et au final complice de l’exaction. Depuis l’élection du président Hassan Rohani un voile de Maya s’est de nouveau posé sur les relations entre l’Iran et la communauté internationale.

Les déclarations d’amour sont multiples, la signature d’un accord intérimaire sur le nucléaire, le ministre iranien du pétrole déclarant encore tout récemment que son pays ne fixait aucune restriction à l’encontre des groupes pétroliers américains. Mais nous invitons chacun à ne pas se laisser illusionner par les signes d’ouverture de la nouvelle politique internationale de l’Iran. Ces tests de crédibilité de la réelle ouverture de la politique iranienne, c’est la préservation des hommes et des femmes d’Achraf et de Liberty. Alors nous devons plus que jamais être exigeants dans nos relations avec l’Iran. Ne fermons pas les yeux sur les crimes contre l’humanité à Achraf et à Liberty. Ne fermons pas les yeux sur les exécutions massives en Iran, sous prétexte de fausses négociations avec les mollahs sur le nucléaire et le pétrole.

A l’Iran des mollahs, nous disons ce que déclarait Nelson Mandela : « tout homme ou toute institution qui essaieront de me voler ma dignité, perdront. » Vous perdrez effectivement.

Nous sommes là aussi pour rappeler que le plus sûr chemin vers la démocratie en Iran reste celui de la résistance aux mollahs. Grâce à la présence à notre table également de Notombi Naomi Tutu, nous sentons aussi le parrainage de Desmond Tutu sur notre assemblée. Desmond Tutu déclarait : rester neutre face à l’injustice, c’est avoir choisi son camp !

Alors effectivement choisissons notre camp, celui de Liberty et d’Achraf et ne nous laissons pas hypnotiser par l’illusion réformiste de la nouvelle république islamique d’Iran.