Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Irak : Trois Iraniens tués, d'autres blessés

Amnesty  International, 2 janvier - Trois exilés iraniens ont été tués et au moins 70 autres, tous membres de l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), ont été blessés le 26 décembre 2013, lorsque le camp Liberté, à Bagdad, a essuyé des tirs de roquette et de mortier.
Dans la nuit du 26 décembre, trois hommes, Mohammad Javad Saleh Tehrani, Mahmoud Bornafar et Abbas Namvar, ont été tués et au moins 70 autres personnes ont été blessées lors d’une attaque ciblée à la roquette et au mortier contre le camp Liberté, à Bagdad. Au moins 3 000 personnes, qui appartiennent toutes à l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), un groupe d’opposition iranien, vivent au camp Liberté. Une milice chiite irakienne, l’Armée d’Al Mukhtar, a revendiqué l’attaque. Amnesty International condamne fermement cette attaque, qui est la quatrième contre le camp Liberté, et appelle la communauté internationale à agir de toute urgence dans les cas de réinstallation qui ont déjà été présentés.

Le 25 décembre 2011, les Nations unies et le gouvernement irakien sont convenus que quelque 3 400 membres de l’OIMP seraient transférés du camp d’Ashraf, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bagdad (gouvernorat de Diyala), au camp Liberté. La réinstallation a commencé le 18 février 2012 et s’est achevée à la mi-septembre 2012. Cependant, une centaine de personnes ont été autorisées à rester au camp d’Ashraf afin de résoudre les dernières questions liées aux biens. Le 1er septembre 2013, 52 d’entre elles ont été tuées lorsque des hommes armés ont lancé une attaque et les survivants ont été emmenés au camp Liberté.

SF 14 U 001 – MDE 14/001/2014