Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Communiqué de Struan Stevenson, Président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l'Irak, 14 février.

L'annonce soudaine par le gouvernement irakien de l’inhumation en secret des corps des 52 réfugiés abattus par les forces irakiennes le 1er septembre de l'an dernier, est une nouvelle atrocité ignoble. Il s'agit d'un acte criminel et lâche rappelant les atrocités nazies. Les équipes militaires irakiennes du SWAT ont brutalement assassinés 52 hommes et femmes, menottant nombre d’entre eux avant de les exécuter sommairement dans le camp d'Achraf.

Les autres, blessés, ont été exécutés alors qu'ils étaient allongés sur des tables d'opération et des lits d'hôpitaux dans ce camp de réfugiés en Irak. Sept otages ont été enlevés, dont six femmes et personne n’a plus entendu parler d’eux depuis. Typiquement, le régime irakien a nié avoir eu connaissance ou avoir participé au massacre, malgré des preuves photographiques montrant des soldats portant des uniformes irakiens, brandissant des armes américaines et faisant la démonstration des techniques enseignées par des formateurs militaires américains, attaquant et massacrant les réfugiés non armés.

La MANUI, qui communique quotidiennement avec les survivants du massacre du camp Liberty, s'est engagée à faire restituer par le gouvernement irakien les 52 corps dans leurs familles afin qu’un deuil approprié et des funérailles solennelles puissent avoir lieu. La MANUI a aussi demandé à ce que des autopsies complètes et indépendantes soient menées afin d’identifier les armes utilisées par les tueurs. Cet acte humanitaire de base a été refusé aux familles et aux amis des défunts. Tentant clairement de dissimuler les preuves de sa culpabilité, le gouvernement irakien s’est secrètement débarrassé des corps, plusieurs mois après que leur massacre. C'est un acte de barbarie presque incroyable qui devrait être condamné à l'échelle internationale. La Cour pénale internationale doit maintenant inculper Nouri Al Maliki pour sa claire implication dans ces crimes.

Malheureusement la réaction pusillanime des États-Unis et de l'UE au massacre du camp d'Achraf a laissé la porte ouverte à Maliki et à ses maitres iraniens pour monter des attaques répétées contre les camps d'Achraf et de Liberty. L’inhumation secrète des corps des 52 victimes innocentes est le résultat prévisible d'un tel comportement et l’absence de réactions dans les termes les plus vifs donnera le feu vert à de nouvelles attaques meurtrières. Beaucoup d'Iraniens sont de plus en plus découragés et frustrés par cette complaisance intolérable et veulent à présent des actions. Maliki et ses sbires doivent être contraints à rendre des comptes devant les tribunaux internationaux.

J'exprime mes plus sincères condoléances aux familles et amis de ces 52 victimes, aux 2900 réfugiés du camp Liberty et à Mme Maryam Radjavi, Présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne.

Struan Stevenson, Député européen
Président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l'Irak