Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - L'échec de l'ONU à protéger les dissidents iraniens au camp Liberty a été vivement critiqué dans une lettre ouverte de 45 députés irakiens.

Les parlementaires ont publié une lettre adressée au Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon sur le site Sout-al-Iraq (la voix de l’Irak), le 26 avril.

Ils ont accusé le Premier ministre irakien de transformer Liberty en prison et de priver les malades et les blessés de traitement médical.

« Avec des milliers de nos collègues à travers le monde, écrivent-ils, et sur la base de notre engagement de conscience, humanitaire et éthique contre toute violation des droits de l'homme et des droits des réfugiés, et afin de ne pas nuire à la réputation internationale de l'Irak, nous sollicitons votre urgente intervention afin d’améliorer les conditions de vie dans le camp.

« Bien que la situation sécuritaire à travers l'Irak soit sur le point de s'effondrer, ces réfugiés qui sont membres de la principale opposition iranienne, sont plus que jamais en danger et risquent d’être victimes d’actes de vengeance et d’ attentats sanglants, orchestrés et dirigés par la Force terroriste Qods du régime iranien ».

Ils ont noté que quatre réfugiés avaient été tués et des dizaines d'autres blessés dans les attaques à la roquette sur le camp le 26 décembre 2013.

Les parlementaires ont également demandé à ce qu’un comité international