Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Dans la nuit du 13 au 14 mai, indique un communiqué du CNRI, Mme Razieh Kermanshahi, une responsable de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (Ompi) et membre du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) est décédée des suites du blocus médical inhumain de six ans contre Achraf et Liberty. Elle était dans un état grave. Elle avait été transférée quelques semaines auparavant en Albanie et avait subi une difficile opération chirurgicale à Tirana.

Mme Kermanshahi, âgée de 57 ans qui avait consacré sa vie depuis l’âge de 19 ans à la lutte contre les dictatures du chah et des mollahs, avait connu la prison et la torture sous le régime du chah. Son frère Gholam Hossein Kermanshahi, membre de l’Ompi, avait été arrêté en 1975 et assassiné sous la torture par la Savak.

En raison du blocus médical inhumain d’Achraf et de Liberty et du manque d’accès libre aux soins médicaux, Razieh Kermanshahi se trouvait dans un état critique. Elle avait été transférée à la mi mars en Albanie où elle avait été prise en charge par des médecins. Au bout de quelques semaines elle avait subi une lourde opération chirurgicale. Cependant malgré les efforts des médecins, elle s’est éteinte la nuit dernière.

Quelques jours auparavant, Struan Stevenson, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, s’était rendu à son chevet dans un hôpital de Tirana. M. Stevenson a vigoureusement condamné le blocus médical de six années imposé à Achraf et Liberty par le pouvoir irakien.

Mme Kermanshahi est la quatrième habitante de Liberty à décéder des suites de ce blocus peu de temps après son transfert en Albanie.

Depuis le début de leur départ à Liberty en février 2012, les Achrafiens n’ont cessé de demander au gouvernement irakien, aux USA et à l’ONU le transfert d’Achraf à Liberty de leurs équipements médicaux achetés à leurs propres frais. Mais le pouvoir irakien s’y est opposé l’intégrant dans le blocus médical.