Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Par Daniel O'Brien

Barnet-today.co.uk, 24 juillet - Des avocats des droits humains, des lords et des députés se sont réunis la semaine dernière pour montrer leur soutien aux réfugiés iraniens en Irak et appeler à la fin du régime actuel dans le pays.

Le député de Hendon, Matthew Offord et les membres du Groupe des jeunes artistes anglo-iraniens basé à Finchley faisaient partie des délégués à une conférence réunie d'urgence sur la situation critique des habitants du camp Liberty à Bagdad.

Le camp abrite des membres du groupe d'opposition iranien en exil, l'Organisation des Moudjahidines du Peuple d'Iran, appelant à un changement de régime dans le pays.

Depuis leur arrivée au camp Liberty en 2012 après avoir quitté leur foyer précédent qui était le camp d'Achraf, les exilés disent qu'ils ont été privés du minimum humanitaire, et que le gouvernement irakien a échoué à protéger le camp contre plusieurs attaques à la roquette.

Un pair libéral démocrate, Lord Brian Cotter a affirmé que le gouvernement irakien avait autorisé des attaques contre les opposants, qui font partie du Conseil national de la Résistance iranienne, à la demande de Téhéran. Il a ajouté à la conférence qui s'est tenue à la Chambre des Communes : « Ces deux dernières années, avec mes collègues du comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran avons déclar que (le Premier Ministre irakien) Nouri al-Maliki agissait à la demande du régime iranien ».

Le pair travailliste, Lord Clarke de Hampstead, a dit que le camp Liberty « doit être appelé camp de concentration où les gens sont punis et subissent des conditions de vie terribles, jour après jour ».

Il a dit que depuis le départ de Mahmoud Ahmadinejad l'année dernière, le Président iranien Hassan Rohani n’a pas été à la hauteur de sa réputation en Occident en tant que modéré ou réformateur.

Lord Clarke a ajouté : « La brutalité du régime se poursuit et s'aggrave. Leurs propres médias affirment qu'ils ont exécuté plus de 800 personnes depuis que Hassan Rohani est arrivé au pouvoir ».

Pour M. Offord, M. Rohani a été incapable de changer le pays et il a appelé à ce que la dirigeante du CNRI Maryam Radjavi soit placée au pouvoir. « J'ai été étonné quand j'ai entendu le plan en dix points de Madame Radjavi. Elle a une vision et un plan pour un future Iran démocratique », a-t-il dit.

Prenant ensuite la parole, Mohammad Sulimani, Président du groupe des artistes, a déclaré : « C'est formidable de voir que Matthew Offord et d'autres députés sont avec nous. Nous voulons que le gouvernement les écoute et comprenne que leurs pressions donnent des résultats, mais le gouvernement ne veut pas de changement de régime - il veut des négociations ».