Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - L'influence du régime iranien et de son homme lige Maliki se fait toujours sentir en Irak malgré le départ de ce dernier. Un des critères, le plus important sans doute, reste le sort réservé aux réfugiés iraniens du camp Liberty. Maliki s'était voué corps et âme à leur extermination, en pure soumission aux mollahs d'Iran. Ce faisant il livrait totalement le pays à l'occupation des tyrans de Téhéran. Ce qui a déclenché la révolte actuelle des sunnites et ouvert la porte aux pires extrémistes qui surfent sur la révolution irakienne.

Maliki est parti mais le sort de ces opposants iraniens s'aggrave. Selon les rapports et les documents obtenus par la Résistance iranienne de l’intérieur de l’Iran, après la visite à Bagdad le mois dernier d’Ali Chamkhani, secrétaire du Conseil de sécurité du régime des mollahs, et de Ghassem Soleimani, chef de la force terroriste Qods, Falah Fayaz, le conseil à la sécurité nationale de Maliki a ordonné aux forces répressives irakiennes à Liberty d’intensifier les pressions et le blocus et autant que possible d’annuler leurs déplacements vers les hôpitaux de Bagdad ou de les réduire au minimum pour que les habitants se sentent en danger.

Dans le cadre de cette directive, les forces aux ordres de Maliki, ont de manière systématique intensifié le blocus médical inhumain, le blocage de l’entrée du carburant et d’autres produits de première nécessité et déployé diverses mesures répressives.

1- Le 18 aout, les forces irakiennes se sont opposées au transport de six malades à qui avaient rendez-vous à Bagdad. L’un d’entre eux est atteint d’un cancer avancé et doit suivre une chimiothérapie. La veille, les agents de Maliki, sur ordre du commandant Ahmed Khozeir qui a trempé dans plusieurs massacres à Achraf, avaient fait savoir qu’un seul malade sur les six pouvait aller à Bagdad, mais le lendemain matin, ils l’ont empêché de partir.

2- Le 19 aout les forces irakiennes, ont bloqué le départ de cinq autres patients à Bagdad qui avaient aussi des rendez-vous médicaux. L’un d’entre eux devait subir une opération chirurgicale. Ces six dernières années, avec son blocus médical inhumain, le gouvernement de Maliki a tué à petit feu dans la douleur vingt Achrafiens.

3- Cela fait huit jours que l’entrée du carburant est bloquée. Cela entraine l’arrêt des générateurs qui sont la seule source de production d’électricité et de toutes les structures vitales du camp, comme le pompage de l’eau depuis l’extérieur du camp et son assainissement, la cuisine et les chambres froides, ainsi que les soins de premier secours.

4- Ces derniers temps, les forces irakiennes ne laissent pas rentrer les camions de vidange des eaux usées qui ont dès le départ été pris en charge par les habitants pour vider les citernes septiques. Une mesure qui, en pleine période de chaleur, provoque la contamination de l’environnement et le développement de maladies infectieuses.

5- Cela fait quelque temps également que l’entrée des produits d’assainissement de l’eau est bloquée et cela plonge les habitants dans une crise sanitaire.

6- Le 18 aout, après des centaines de requêtes et de lettres, les forces irakiennes ont enfin autorisé l’inhumation des corps des victimes de l’attaque du 26 décembre 2013, mais dans la ligne de leur attitude inhumaine, elles ont empêché la famille et les amis d’y assister.

7- Contrairement aux accords précédents sous l’égide de la MANUI et de l’ambassade des USA, les forces irakiennes empêchent les habitants de se servir de leur chariot élévateur les forçant ainsi à déplacer des charges lourdes à dos d’hommes.

Le 26 juillet, la Résistance iranienne avait annoncé dans un communiqué que Chamkhani et Soleimani avaient enjoint Maliki et Fallah Fayaz dans leur rencontre de renforcer les pressions sur les habitants de Liberty. Ils avaient annoncé aux autorités irakiennes qu’elles devaient leur rendre le climat le moins sûr possible et le plus intolérable, pour qu’ils se sentent en danger.

Les habitants de Liberty, leurs représentants et leurs avocats, comme de nombreux groupes parlementaires et de défense des droits humains, ont protesté des centaines de fois et demandé l’intervention de l’ONU, du gouvernement américain et de l’union européenne et d’autres instances concernées. Malheureusement, même les rapports de l’ONU sur l’Irak ne font pas la moindre allusion à ces mesures criminelles.

Rappelant les engagements écrits et répétés des USA et de l’ONU d’assurer la santé et la sécurité des habitants de Liberty, la Résistance iranienne les appelle à intervenir de toute urgence pour apporter un minimum de sécurité et assurer le minimum vital dans le camp Liberty, surtout pour un accès libre aux soins médicaux.



 

IRAN 
JUIN 2019

 19 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE