Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Les Nations Unies doivent tenir le gouvernement irakien pour responsable du blocus des provisions vitales au camp Liberty, et de la protection des habitants jusqu'à ce qu'ils puissent être transférés ailleurs en toute sécurité, a exigé l’ancien Représentant spécial du Secrétaire Général de l'ONU en Irak.

Ad Melkert a également déclaré  lors d'une conférence à Paris le 1er septembre que l'Union Européenne et les États-Unis doivent de toute urgence sortir de l'impasse dans laquelle se trouvent les réfugiés iraniens détenus en otages au camp Liberty près de l'aéroport de Bagdad.

M. Melkert a parlé du premier anniversaire du massacre des 52 opposants iraniens du camp d'Achraf, le 1er septembre 2013, lorsque les forces irakiennes de Nouri Maliki ont attaqué la centaine d’habitants sans défense du camp et ont tué 52 membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) et ont enlevé six femmes et un homme.

Ad Melkert a dit : « Tout cette perte de jeunesse n'est pas seulement votre perte, c'est aussi une perte pour l'avenir de la communauté mondiale.

« Comment le Conseil de Sécurité de l'ONU peut-il à juste titre être bouleversé par le déracinement continu des communautés qui ont vécu en paix avec leurs voisins et pourtant fermer les yeux lorsqu’il s'agit de réfugiés bloqués dans la boue de Bagdad ?

« Ne vous y trompez pas, malgré des expressions d'espoir et des impressions de changement, Bagdad reste irrémédiablement bloqué. Al-Maliki aurait démissionné mais n’est pas encore parti. Al-Abadi (le Premier ministre irakien désigné) a promis d'avancer, mais il n'a pas encore progressé de manière qui pourrait apporter à l'Irak la coopération minimum nécessaire, le consensus et la stabilité indispensables pour inverser la spirale de la violence qui est en train de détruire le tissu de sa société et l'avenir de sa jeunesse ».

Il a ajouté : « Et si les Etats-Unis, l'Union européenne et les pays aux opinions similaires voulaient être plus efficaces dans leur contribution à cette réconciliation, l'aide la plus utile et le signal le plus significatif seraient de recevoir les habitants d'Achraf, et de Liberty comme des citoyens libres dans les pays où les droits de l’homme sont respectés.

« Le moment n’est-il pas venu de favoriser et de renforcer un groupe international de médiation et de facilitation de haut niveau pour répondre aux doléances des habitants de Liberty et d'aider à trouver une issue en toute sécurité et dignité ? »

Il a exigé d'abord que la MANUI, la mission de l'ONU en Irak, tienne le gouvernement irakien pour responsable pour les conditions au camp Liberty et d’avoir bloqué la livraison des produits de première nécessité de la vie quotidienne.

Deuxièmement, il a invité le Conseil de Sécurité de l'ONU à inclure la situation des habitants de Liberty dans leur engagement humanitaire et politique vis-à-vis des événements actuels en Irak et dans la région.

Il a appelé le HCR à traiter les habitants de Liberty comme des réfugiés ayant besoin d'un abri sûr, et a vivement recommandé à l'Occident de faire sortir d’Irak les dissidents iraniens.

Il a ajouté : « Assez de violence et de sang, assez de politique ignorant le peuple. Ne laissez pas les vies perdues à Achraf et Liberty être oubliées. Laissez-les être les signes avant-coureurs de liberté pour tous ceux qui sont restés et continuent à rester derrière... »