Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - L'Association Médicale Mondiale a exprimé son extrême inquiétude quant à "l'état de santé préoccupant" des opposants iraniens dans le camp Liberty, en Irak, et a demandé au Premier ministre irakien Haider al-Abadi de prendre des mesures immédiates pour s’assurer que les habitants du camp aient un accès complet et libre aux soins médicaux.

L'AMM basée en France à Ferney-Voltaire et qui est en relations officielles avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a été fondée en 1947. Elle cherche à atteindre les normes internationales les plus élevées en matière de préservation de l'éthique médicale et les soins de santé pour tous les peuples du monde.

L'AMM a publié le communiqué suivant sur son site web le 10 Novembre 2014 relative à la santé de dissidents iraniens dans le camp Liberty, en Irak:

L'Association Médicale Mondiale a exprimé son extrême préoccupation au Premier ministre irakien de "conditions de santé inquiétants" dans le camp Liberty, l'ex-installation militaire aux États-Unis à Bagdad, désormais utilisé pour abriter les membres de Moudjahidine du peuple d'Iran qui résidaient auparavant au camp d'Achraf.

Dans une lettre adressée au premier ministre l'honorable Dr Haider al-Abadi, le Dr Xavier Deau, Président de l'AMM, écrit: «Selon les témoignages et les rapports d'organisations de défense des droits humains, les droits fondamentaux des 2700 habitants - tels que l'accès à des médecins et à la médecine, la confidentialité de la relation médecin-patient ou le droit des patients à avoir des interprètes et des infirmiers les accompagnant en cas de besoin - sont fréquemment violés.

«En outre, de nombreux cas signalés concernent des situations où l'hospitalisation des patients et achat de médicaments ont été empêchés. D'autres exemples comprennent l'annulation de rendez-vous médicaux, des transports différés de patients à l'hôpital, ou le refus de l'autorisation de voyager à l'extérieur du camp pour recevoir un traitement. Ces obstructions en cours ont entraîné une détérioration rapide de l'état de santé de plusieurs patients du camp Liberty et même la mort de certains d’entre eux. »

Le Dr Deau poursuit: «Nous sommes extrêmement préoccupés par cette situation qui révèlent des violations flagrantes des principes de l'éthique médicale et des normes des droits de l'homme. Le droit de toute personne de bénéficier du meilleur état de santé physique et mentale est un élément fondamental des droits consacrés par l'article 14 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels que l'Irak a ratifié en 1971.

«Nous exhortons les autorités irakiennes à respecter leurs engagements et à prendre les mesures d'urgence afin d'assurer aux habitants du camp Liberty le plein accès aux établissements de soins de santé adéquats, tant à l'intérieur qu’à l'extérieur du camp. Il est également fondamental que le personnel de santé travaille avec l'assurance que les principes de l'éthique médicale, tels que la confidentialité, soient entièrement respectés sans aucune réserve ».