Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif – « Ce terrorisme qui, on l’a vu sur ces images, et au comble de la barbarie, qui tente tous les jours d'enfouir tout espoir d'entendre la voix d'un islam modéré, d'un islam humain qui a compris la nécessité d'une distance entre la religion et des affaires d'État. C’est cet islam modéré que vous représentez avec le talent, l'obstination et le courage qu’on vous connaît, Mme Radjavi », a déclaré Jean-François Legaret, le 28 octobre à l’Assemblée nationale.

Ce jour-là le Comité parlementaire pour un Iran démocratique organisait une conférence à la salle Victor Hugo sur le rôle de l’Iran dans la crise au Moyen-Orient et recevait la dirigeante de l’opposition iranienne Maryam Radjavi. Les députés de tous bords l’ont félicitée pour le non-lieu général dans l’affaire qui touchait l’Ompi et le CNRI, dont elle est présidente élue.

Voici les moments forts de l’intervention du maire du 1er arrondissement de Paris :

Après ces images terribles que nous venons de voir, je crois que nous pouvons tourner toutes nos pensées et adresser toutes nos félicitations et notre soutien au peuple iranien.

Alors c'est vrai, le 16 septembre, la justice française a prononcé un non-lieu. C'est l'effondrement de ce dossier qui consacre la victoire de la justice et de la résistance et l'échec de la campagne de diabolisation contre les Moudjahidines du peuple d'Iran. Alors tout ça marque un succès pour toute l'humanité excédée par la tyrannie et l'intégrisme islamiste.



C'est vrai que dans cette affaire on a tenté d'instrumentaliser la justice française. Mais la justice française a montré qu'elle peut éviter de s'incliner devant des considérations politiques. Honneur au peuple iranien et honneur à la justice française. Le temps est venu pour que la politique et les services de renseignements se soustraient à l'intoxication lancinante, persistante du régime des mollahs. Il est temps de faire preuve de fermeté, de démanteler en France et en Europe tous les réseaux des agents de ce régime et les sociétés-écrans des pasdaran.

C'est donc une victoire de la justice et c'est la victoire du peuple iranien. C’est, chers amis, une belle victoire qui va nous permettre à nous qui sommes les soutiens des plus mauvais jours comme des meilleurs jours, de vous permettre de prendre un nouveau chemin parce que c'est le chemin qui vous mène vers la liberté et la démocratie.

Votre mouvement est le seul qui pour l'Iran présente une perspective de victoire. Il a à sa tête une femme charismatique, compétente, intelligente qui va vous conduire à la victoire.

Ce qui nous réunit cet après-midi c'est le bonheur de fêter cette victoire et quand en plus c'est la victoire de la justice, c'est une double victoire. C'est la victoire du droit et de l'esprit de résistance. Et ce terrorisme terrible, inhumain qui se masque de plus en plus sous les caricatures de la religion. Ce terrorisme qui, on l’a vu sur ces images, et au comble de la barbarie, qui tente tous les jours d'enfouir tout espoir d'entendre la voix d'un islam modéré, d'un islam humain qui a compris la nécessité d'une distance entre la religion et des affaires d'État. C’est cet islam modéré que vous représentez avec le talent, l'obstination et le courage qu’on vous connaît, Mme la présidente.

En tant que maire du premier arrondissement de Paris, et en tant que coprésident du Comité des maires en défense des Achrafiens, j'ai l'honneur avec beaucoup d'entre vous de soutenir tous ces efforts pour obtenir la protection internationale pour les résidents du camp Liberty.

Nous maires de France, nous soutenons votre combat pour l'amitié entre les peuples, pour le dialogue entre les religions, pour la défense des droits de l'homme et de la femme. Nous poursuivrons sans relâche notre soutien à votre lutte pour que la justice aille jusqu'au bout, pour que la justice soit rendue pour les résistants du camp Liberty et pour que le peuple iranien retrouve enfin la liberté.