Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

La Revue parlementaire, 24 novembre - Hasard du calendrier, ou pas, mais alors qu’une délégation du Parlement iranien menée par le président de la Commission parlementaire de la Défense et de la Sécurité iranienne, Alaeddin Boroujerdi était reçu a Paris par l’Assemblée et le Sénat, les Moudjahidines du peuple, le principal mouvement d’opposition au régime iranien organisait le 28 octobre dernier dans les locaux de l’Assemblée un colloque en partenariat avec le Comité parlementaire pour un Iran démocratique.

Ce comité qui regroupe plusieurs dizaines de parlementaires de différents groupes politiques est notamment revenu sur le non-lieu prononcé par le juge antiterroriste Marc Trévidic (qui a succédé en 2009 au juge Jean-Louis Bruguiere), dans l’affaire concernant l’Organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI) en France. En 2003, plus de 160 de ses membres avaient été arretés en région parisienne ; ils étaient suspectés de terrorisme, de blanchiment d’argent et d’escroquerie. 11 ans plus tard, ils ont été entierement blanchis. « Ce non-lieu général et définitif rend justice a l’OMPI et reconnaît sa légitimité. Il lui donne, aupres de l’opinion publique française, un nouveau visage » s’est réjoui l‘ancien sénateur Jean-Pierre Michel, co-fondateur du CPID. « La manipulation de l’opinion amorcée en 2003 est maintenant effacée » a enchéri l’ancien Premier ministre Edith Cresson.

Les parlementaires présents ont ensuite mis l’accent sur les atteintes aux Droits de l’Homme en Iran, s’appuyant notamment sur les récents propos du rapporteur spécial de l’ONU, Ahmed Shaheed qui s’inquiétait du nombre croissant d’exécutions dans ce pays. L’actualité du moment leur donnait raison avec la pendaison d’une jeune femme de 26 ans,Reyhaneh Jabbari, « parce qu’elle a résisté a un viol » et tué accidentellement son agresseur en se défendant dénonce le député du Puy-de-Dôme André Chassaigne. Amnesty International a d’ailleurs qualifié cette exécution « d’affront a la Justice » en mettant en doute « l’impartialité du proces ». Et question nucléaire, le dossier est évidemment loin « d’etre réglé » note le député du Val d’Oise Dominique Lefevbre qui demande a la France « de maintenir sa position et de faire preuve de fermeté » alors que le régime iranien prolongerait les négociations afin de compléter son programme nucléaire.

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE