Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - L'ingérence du régime iranien à Camp Liberty va servir de relais à une nouvelle attaque meurtrière sur ses 3.000 habitants, selon le Comité parlementaire britannique pour la Liberté en Iran. L'alarme a été lancée à la suite des propos tenus par le ministre des Droits humains irakien, Mahdi al-Bayati, selon lequel les opposants iraniens du Camp Liberty placés sous la protection des Nations Unies ne seraient pas des ‘réfugiés’ et que leur présence au camp serait 'illégale'.

Au cours d'une rencontre avec Jane Holl-Lute, conseillère spéciale du Secrétaire des Nations Unies chargée de la réinstallation des habitants de Liberty, Mahdi al-Bayati a déclaré le 24 novembre dernier que « les membres de l'OMPI ne possèdent pas le statut de réfugiés et leur présence en Irak est illégale ».

Selon le site internet du ministère irakien des Droits humains, le ministre réitérait des propos semblables à ceux qu'il avait tenus avec le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Irak, György Busztin, le 16 novembre.

Le Comité parlementaire britannique déclare : "Les propos infondés et fallacieux tenus par Mahdi al-Bayati ignorent délibérément le fait que les habitants du Camp Liberty sont des personnes protégées au sens de la 4ème Convention de Genève ainsi que des personnes en danger et des demandeurs d'asile dépendant du Haut-Commissariat aux réfugiés  (HCR) et, à ces titres, ils doivent être protégés dans le cadre du Droit international."

"Il ignore également le fait que les plus hautes instances juridiques européennes et américaine ont rejeté, en la déclarant injuste et perverse, l'étiquette de terroriste collée à l'opposition iranienne."

Le Comité parlementaire britannique pour la Liberté en Irak condamne fermement les propos erronés et inquiétants du ministre irakien, qui mettent en danger la vie des habitants non armés du camp Liberty. Ces derniers font confiance aux Nations Unies et à la communauté internationale pour les défendre.

"Nous réitérons donc notre appel au Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi, à prendre des mesures immédiates pour s'assurer que son cabinet s'abstienne de commentaires provoquants mettant en danger la vie des habitants de Liberty et qu'il refuse toute implication du régime iranien dans le dossier Liberty, car toute attaque sur ces réfugiés sans défense ternirait la réputation de l'ensemble du gouvernement irakien."

Le Comité exhorte aussi le Premier ministre irakien à rappeler publiquement que le Camp Liberty est un camp de réfugiés des Nations Unis et à coopérer avec les habitants et le HCR pour assurer leur sécurité.

Le Comité ajoute que le ministère des Droits humains a cité des propos tenus par Jane Holl-Lute sur son site internet où elle écrit : "La mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak (MANUI) tente de réunir les familles de membres de l'organisation pour alléger leurs problèmes et les persuader de rentrer dans leur pays."

Au cours de sa visite en Iran, Jane Holl-Lute a également "rencontré un certain nombre de dirigeants iraniens et discuté avec eux des suites de ces réunions de familles", est-il écrit dans le rapport publié sur le site internet irakien.

Le Comité déclare que : "si ce rapport est vrai, en impliquant les autorités d'un régime que les réfugiés ont fui délibérement, le comportement de Jane Holl-Lute enfreint nettement le Droit international et les conventions adoptées afin de garantir la sécurité et la sûreté de réfugiés sans défense et de demandeurs d'asile."

"De telles déclarations de la part d'un haut-fonctionnaire des Nations Unies vont permettre au régime iranien d'en tirer avantage auprès de différentes agences des Nations Unies en Irak pour progresser dans leurs machinations meurtrières contre les habitants du camp Liberty, comme cela a été le cas pendant la mission de l'ancien représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Irak, Martin Kobler."

"Nous exhortons fortement Jane Holl-Lute à se distancer publiquement de ces propos et d'exprimer dans les termes les plus clairs que l'implication du régime iranien ou de n'importe lequel de ses membres dans le dossier du camp Liberty est non seulement inacceptable mais également illégale étant donné le statut des habitants et le bilan catastrophique du régime iranien en matière de droits humains.

"Faute d'agir ainsi, Jane Holl-Lute s'expose à ce que le régime iranien et ses affidés en Irak utilise son bureau comme outil de promotion de leur plan criminel pour exercer une pression psychologique sur ces réfugiés iraniens afin de préparer leurs attaques futures visant à l'élimination de l'opposition légitime à la théocratie à Téhéran.

"Enfin, la pleine responsabilité des Nations Unies, des Etats-Unis et de leurs alliés est engagée pour finaliser une solution pacifique à cette crise humanitaire engendrée par l'Iran."

"En conséquence, nous leur réitérons notre appel pour qu'ils prennent des actions fermes afin que les demandes ci-dessus - vitales pour la sécurité et le bien-être des réfugiés du camp Liberty - soient respectées et mises en oeuvre."

IRAN 
OCTOBRE 2019

 16 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE