Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Un membre éminent du parlement irakien a condamné la «torture, le harcèlement et le traitement inhumain» infligés aux opposants iraniens du camp Liberty près de Bagdad.

Talal al-Zobaï, président de la Commission de l'intégrité, a également exhorté son gouvernement à honorer ses promesses de protéger les habitants de Liberty et à leur permettre un accès libre aux avocats et aux soins médicaux.

Il a dit dans un communiqué : « Lorsque les habitants du camp Liberty vivaient dans la province de Diyala, ils étaient confrontés à toutes sortes de tortures et de harcèlements. Depuis leur transfert à Liberty, ils connaissent la même situation, tout en étant la cible de tirs de roquettes et d’attaques des forces irakiennes. »

« Un sage ne prive jamais les autres de leur droit à la vie. »

M. al-Zobaï a ajouté: « Nous exigeons la mise en œuvre des lois et des conventions internationales pour les habitants du camp Liberty. Nous rappelons au gouvernement ses obligations vis-à-vis des conventions. Ces lois sont reconnues au niveau international et définissent les relations entre les réfugiés de Liberty er le gouvernement qui doivent être respectées par toutes les parties. »

Le camp Liberty en Irak abrite plus de 2000 opposants iraniens vivant dans le pays depuis 28 ans. Ils ont été transférés de force du camp d'Achraf, une ville qu’ils ont construite dans une zone désertique, et ont été déplacés dans un camp prison comme où ils sont assiégés par les forces irakiennes qui privent les habitants de la liberté de circulation et du libre accès à des avocats et aux soins médicaux.