Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Une loi adoptée par la Chambre des Représentants et le Sénat des Etats-Unis demandant la protection des réfugiés iraniens du camp Liberty en Irak a été signée par le président Barack Obama.

La loi de budget du gouvernement signée le 16 décembre appelle le gouvernement américain à exiger des rapports parlementaires détaillant les mesures prises pour améliorer le sort et les besoins de réinstallation des opposants iraniens du camp Liberty.

Le texte stipule : « Au plus tard, 90 jours après la promulgation de la présente loi, le secrétaire d'État, en consultation avec les chefs des autres instances gouvernementales américaines concernées, doit soumettre un rapport aux commissions parlementaires appropriées détaillant les mesures prises par le gouvernement des États-Unis pour remédier au sort, y compris aux besoins de réinstallation, des opposants iraniens situés au camp Liberty / Hurriya en Irak. »

Un rapport complémentaire à la loi de Budget ajoute: «La commission ordonne au Secrétaire d'Etat d’inclure dans le rapport sur le plan de réinstallation des opposants iraniens requis par l'article 7041 (c) (6) de cette loi: une description des mesures prises pour améliorer la sécurité et le bien-être (y compris la qualité de vie et l'accès aux soins médicaux) des habitants du camp Liberty.

« Une analyse des attaques contre ces opposants depuis février 2009, y compris si des armes ou des formations fournies par les États-Unis ont été utilisées dans les attaques, et les garanties pour s’assurer qu’aucune de ces armes ou formation ne seront utilisées à l'avenir.

« Et les options pour la réinstallation des opposants iraniens en dehors de l'Irak, y compris aux États-Unis. »

Sur la base de la procédure législative, le projet de loi du budget est examiné par les commissions de crédits à la Chambre et au Sénat. Après l'approbation des deux chambres, la loi est ajustée à la conférence  des commissions avant d'être présentée au président pour signature.

C’est la première fois qu'une loi signée par le président des États-Unis soutient explicitement la protection des habitants du camp Liberty où se trouvent les membres de l'opposition iranienne appartenant à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI).

L'approbation représente un très long chemin depuis l’étiquette de terroriste collée à l'OMPI en 1997 jusqu’à l’adoption en 2014 d’une loi en soutien aux habitants du camp Liberty. La Résistance iranienne a réussi son avancée en dépit de tous les complots et le silence. Elle a fait du soutien à Liberty une loi aux Etats-Unis

La loi est un avertissement pour le gouvernement américain qui doit assumer ses responsabilités vis-à-vis des habitants du camp et augmenter la pression sur le gouvernement irakien pour qu’il respecte les droits des habitants du camp.

C’est également un avertissement pour le gouvernement irakien qui devra réduire les violations des droits des membres de l'OMPI au camp Liberty et cesser de mettre en danger leur sécurité, en particulier à un moment où le gouvernement actuel de l'Irak est davantage tributaire des Etats-Unis et de l'UE que Nouri Maliki.

Ce projet de loi met également en lumière le statut de la Résistance iranienne et de ses partisans aux Etats-Unis et en Europe et de leur influence.

Trois facteurs ont contribué à cet acquis : La persévérance et la ténacité des membres de l'OMPI à Achraf et à Liberty ces dernières années, les efforts inlassables des membres et sympathisants de la résistance iranienne aux Etats-Unis, et les efforts concertés bipartites des deux partis des sénateurs et des membres du Congrès américain, des dignitaires politiques et des anciens hauts fonctionnaires de l'administration Obama, Bush, Clinton, George HW Bush et Reagan en soutien à la Résistance iranienne et aux habitants du camp Liberty.