Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Selon une information publiée sur le site du ministère irakien de l'Intérieur, les forces irakiennes et les milices terroristes aux ordres de Hadi Ameri qui occupent le camp d'Achraf depuis plusieurs mois et pillent ses biens, ont célébré le 2 février leur «victoire» à Achraf. Le ministre irakien de l'Intérieur a pris part à cette cérémonie.

Hadi Ameri est l'un des éléments les plus criminels de la Force terroriste Qods qui se vante d’embrasser la main de Khamenei, assassin de millions de musulmans en Iran et dans les pays arabes. Il a également été le commandant du terrible massacre de plus d’une centaine d’habitants des villages de Barwanah et Shervine qui ont choqué le monde.

Des articles de presse et des vidéos sur cette cérémonie retransmises par la télévision d'Etat al-Iraqiya et la chaine al-Jazeera montrent clairement que les bâtiments, les bureaux et la mosquée construits par les membres de l'OMPI à Achraf à leurs propres frais et par leurs propres efforts en vingt-six années (1986-2012) ont été confisqués par les forces irakiennes et les milices affiliées à la force terroriste Qods et que tout ce qu’ils utilisent a été achetés par l'OMPI.

Ces vidéos montrent que des photos de Khamenei, le guide suprême des mollahs, ont été postées dans divers endroits d’Achraf, que ce camp est pratiquement occupé par le régime des mollahs et de la Force terroriste Qods, et que le gouvernement irakien a reconnu cette occupation.

Lors de l'évacuation d'Achraf en septembre 2013, les Etats-Unis, les Nations Unies et le gouvernement irakien avaient garanti la protection des biens des habitants. Selon le plan conjoint de la MANUI et de l'ambassade des États-Unis pour le transfert du dernier groupe d’Achrafiens au camp Liberty, le 5 septembre 2013, il avait été décidé que « le gouvernement irakien doit protéger et garantir tous les biens d'Achraf » et que « le gouvernement irakien doit permettre aux habitants de vendre leurs bines à tout moment ». Le 6 septembre, Mme Elizabeth Jones, alors Secrétaire d'Etat adjoint américaine pour les Affaires du Proche-Orient, avait écrit à Mme Radjavi que si les habitants acceptent ce plan, « les Nations Unies aideront à faciliter la sauvegarde des biens d’Achraf par une entreprise locale de sécurité de confiance que vous aurez engagée. L'ambassade des États-Unis fera tout son possible pour soutenir ces efforts. »

Cependant, durant cette période, non seulement le gouvernement irakien a empêché la mise en œuvre de tous les points mentionnés ci-dessus, mais en dépit des engagements répétés et sans équivoque de l'ONU et des Etats-Unis, les biens d’Achraf ont été constamment pillés et volés par les organes officiels et les milices terroristes affiliés aux organes du gouvernement irakien.

Selon les rapports d’Amnesty International et des autres défenseurs indépendants des droits humains et selon des informations de groupes kurdes irakiens à Diyala et des médias internationaux, ce sont ces milices qui sont responsables du massacre d'un grand nombre de personnes dans la province de Diyala et de l’exode des habitants de ces régions. Tous s’accordent à dire que les crimes commis par ces milices sont pires que ceux du groupe terroriste Daech.

Le Dr Salim al-Jabouri, président du parlement irakien, a déclaré le 28 janvier que ces forces « dans la région de Shervine se livrent à la destruction de mosquées et l’incendie de nombreuses maisons sous les yeux des forces de sécurité (...) Le lendemain, dans les villages de Barwanah, elles se sont livrées à des actes encore plus horribles et odieux avec le massacre de personnes sans défense. »

De même, Reuters a rapporté le 28 janvier : « Le récit de cinq témoins interrogés séparément par Reuters fournit une image d'exécutions présumées dans le village de Barwanah à l’Est, lundi dont les habitants et les autorités provinciales disent qu’elles ont fait au moins 72 victimes irakiennes non armées. Les témoins ont identifié les tueurs comme étant un ensemble de milices chiites et d’éléments des forces de sécurité. »

Mme Nahedeh ad-Daïni, députée de la province de Diyala, a déclaré sur al-Jazeera le 26 janvier : « Ces derniers jours, les milices affiliées à la Force terroriste Qods se sont livrées à un nouveau massacre dans la région de Meqdadiya à Diyala et ont violement tué au moins 70 habitants, dont des enfants dans cette province et mis le feu à des centaines de maisons. »

Tout en exprimant sa protestation la plus véhémente en ce qui concerne le pillage et la spoliation des biens de l’OMPI, la Résistance iranienne appelle les Etats-Unis et les Nations Unies à ne pas retarder davantage la mise en œuvre de leurs engagements répétés et écrits et de prendre des mesures pour restituer les biens meubles et immeubles des habitants d'Achraf qui sont d’une valeur de 550 millions $. Le retour de ces biens est essentiel et impératif pour payer les frais de transfert des Achrafiens hors d’Irak et leur réinstallation dans des pays tiers.