Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - A Téhéran, dans le quartier de Pounak, pendant une cérémonie officielle dans une école, tout à coup les élèves se sont mis à crier « mort au dictateur » au lieu des slogans officiels. En moins de deux les pasdarans ont fermé les portes de l’établissement à clé, avec tous les enfants dedans. Alors les gens dehors et le voisinage sont venus à leur rescousse. Ils ont réussi à ouvrir les portes et à évacuer tous les enfants.

- Les slogans aujourd’hui c’était surtout « mort à Khamenei », « gouvernement de coup d’Etat, démission, démission », « ambassade de Russie, nid d’espion », « ni est, ni ouest, une république iranienne », « Ahmadi dictateur, où sont tes 63% ? ».

- A la différence de la Journée de Qods, (18 septembre), il y avait beaucoup plus de monde, les gens n’ont pas peur. Partout c’était noir de monde et cette fois c’est le régime qui avait peur.

- Dès 6h30, les unités spéciales, les miliciens, les pasdaran et les agents du renseignement ont débarqué pour prendre position par troupeaux entiers. Je les voyais de ma fenêtre. Les voltigeurs à motos avançaient en essaims de grosses mouches et les miliciens grouillaient partout comme de la vermine. Ils avaient fait venir un maximum de forces. Il y avait même des miliciens de 13-14ans.
A l’intérieur de l’université, les étudiants ont lancé courageusement des slogans contre le régime, en avançant jusqu’à la porte d’entrée. Derrière les grilles, face aux forces de sécurité, ils lançaient un tas de slogans contre Khamenei et Ahmadinejad. Un des slogans c’était : « Obama, Obama ou avec les mollahs ou avec nous » (Obama Obama, ya ba mollah, ya ba ma) et « Obama, Obama ou avec eux ou avec nous » (Obama Obama, ya ba anha, ya ba ma).

Dans la rue Boukhara, les étudiants de la fac Allameh ont rejoint les manifestants pour crier avec eux « Mort à Khamenei », « mort au dictateur ». Tous les magasins étaient fermés. Il y avait tellement d’affrontements que ça ressemblait à un terrain de bataille.