Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif – Plus de 2000 parents de prisonniers politiques et des mères de martyrs se sont rassemblées devant l’entre principale de la prison d’Evine pour réclamer la fin des exécutions et la libération des prisonniers politiques.

Ce samedi 30 janvier vers 19h00 locales ces familles, des sympathisants et même des prisonniers récemment libérés se sont regroupés devant l’entrée principale d’Evine. Ils protestaient contre l’exécution de deux prisonniers politiques et la menace d’autres pendaisons. Ils ont exigé la libération sans condition des détenus d’opinion.

La foule étaient si dense qu’elle remplissait toute la rue, du bas jusqu’au portail. A 21h15 locale on comptait plus de 2000 personnes et leur nombre ne cessait de grossir. Le rassemblement devait continuer jusqu’à minuit.

De leur côté, les mères en deuil qui protestent normalement chaque semaine au parc Laleh de la capitale, sont venues le faire ce soir devant Evine. Certaines brandissaient des pancartes disant : « Libérez Parvaneh Madah-Rad ! »

Des personnes récemment libérées se trouvaient également dans la foule. Elles racontaient ce qu’elles avaient vécu en prison et comment elles avaient résisté. Elles témoignaient aussi du traitement inhumain qu’elles avaient subi et de leurs transferts incessants d’une section à l’autre. Certaines disaient que pour parvenir à la liberté elles accepteraient tous les risques et qu’elles ne connaîtraient pas de répit tant qu’elles ne l’auraient pas obtenue.

Cet énorme rassemblement a eu son effet. Les familles se sont vu dire que 23 manifestants arrêtés allaient être libérés le soir même. De fait des prisonniers ont été relâchés, au compte-goutte, notamment une jeune femme de 23 ans et une autre dame. Tout en remerciant la foule, la jeune femme s’est prosternée à terre et a embrassé le sol. Les prisonniers politiques qui étaient libérés montraient un moral à tout crin et affichaient un sourire.

Les forces de sécurité et les tortionnaires d’Evine, effrayés par la foule, la menaçaient de stopper les libérations si des applaudissements fusaient ou s’il y avait des manifestations de joie.