Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - A l'approche des 'élections' en Iran et d'un semblant de relâchement de l'étau qui oppriment les femmes par besoin d'amener du monde aux urnes tandis que les rumeurs de boycott s'amplifient, voilà que les mollahs craignent de voir la situation leur échapper.

 

Alors que le guide suprême Khamenei a fait savoir qu'exceptionnellement les femmes n'auront pas besoin de l'autorisation du père ou du mari pour sortir de chez elles le 26 février afin d'aller voter - comme si elles allaient se précipiter pour élire leurs bourreaux - certains craignent qu'elles sortent toutes en même temps pour demander la fin de la ségrégation sexuelle et au-delà la fin de ce régime. Une belle occasion de référendum contre la dictature religieuse et un camouflet cuisant à ces 'élections' ultra machistes où elles sont, en toute logique, sous représentées.

C'est pourquoi les mollahs se sont dépêchés de condamner six militantes des droits des femmes à 91 jours de prisons et 74 coups de fouet. Elles faisaient partie d'un groupe de 18 militants des droits humains, tous condamnés à la même peine ces derniers jours. Elles avaient été arrêtées le 21 novembre dernier dans un rassemblement de protestation devant la sinistre prison d'Evine à Téhéran. 

Il s'agit de Simine Ayuzi, Khadijeh (Leila) Ghafari, Azam Najafi, Parvine Suleimani, Shermine Yamani et Sara Saïdi.