Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Au pays des mollahs, ce qui prime c'est la douleur, car dans l'Iran sous l'emprise de l'intégrisme islamiste, la joie et le plaisir sont des péchés impardonables. Ainsi donc, les juges rivalisent de cruauté dans leurs verdicts. Même la peine de mort y est infligée avec mille tourments.

"Il y a deux ans et demi, lorsque Rohani est devenu président de la théocratie, il a prétendu être un modéré. Quoi qu’il en soit, les statistiques faisant état de 2300 exécutions trahissent la véritable nature du régime dans sa totalité, y compris de son président démagogue Rohani", rappelle une excellente tribune de Mediapart intitulée "Le triste sort des pendus en Iran".

L'auteur explique que dans son rapport annuel publié, Amnesty International écrit : « Des châtiments cruels ont été appliqués ; des condamnés ont notamment été rendus aveugles, amputé ou fouetté. Les tribunaux ont prononcé des condamnations à mort pour toute une série de crimes ; de nombreux prisonniers, dont au moins quatre mineurs délinquants, ont été exécutés. De nombreux procès, dont certains ont abouti à une condamnation à mort, ont été manifestement iniques. Les accusés avaient le plus souvent été détenus avant leur procès pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, durant lesquelles ils n'avaient eu que peu, ou pas du tout, la possibilité d'entrer en contact avec leur avocat ou leur famille. Ils avaient été contraints de rédiger ou de signer des « aveux », retenus comme principale preuve à charge dans une procédure inéquitable. »

De quoi faire réflechir ceux qui parlent de tourisme dans cet enfer et ceux qui ferment les yeux au nom d'intérêts éonomiques mesquins.