Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Emprisonné en Iran depuis plus de trois ans pour avoir parlé deux fois à son frère au téléphone, M Akbari Monfared interpelle dans une lettre le Premier ministre italien qui arrive en Iran le 12 avril :

 

Monsieur le Premier ministre italien, 

J'ai appris que vous alliez venir en Iran. En tant que prisoner, je me fais un devoir de m'adresser à vous pour discutter de quelques sujets. J'ai été condamné à cinq ans et demi de prison et voici maintenant 39 mois que je croupis en cellule parce que j'ai téléphoné deux fois à mon frère. 

Avez-vous vraiment l'intention de rencontrer ce régime qui a été condamné 36 fois par l'Assemblée générale de l'ONU pour ses violations des droits humains? 

Ce régime cruel a tué quatre membres de ma famille pour leur soutien aux Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) sans leur donner une chance d'être jugés ou d'avoir accès à un avocat. 

Comme vous devez le savoir, ce régime a mis toute la région à feu et à sang et vu sa nature il ne dialoguera pas avec le monde. Les mots de "modération" et d' "équilibre" sonnent creux et ne sont que des slogans vides. 

Monsieur le Premier ministre,

Sous la présidence de Hassan Rohani, plus de 2300 personnes ont été exécutées. En venant en Iran, vous allez donner une légitimité à ce régime pour commettre davantage de crime. 

Reza Akbari Monfared, 

prisonnier politique à la prison de Gohardacht (Radjaï Chahr), à Karadj - Iran

Le 9 avril 2016