Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Ce mois d'avril a été impitoyable pour les femmes en Iran. Comme si toute la haine que leur vouent les mollahs avait refait surface, sinistres effluves des bas-fonds de la Terre. En plus des 7000 agents lâchés dans les rues de Téhéran pour une chasse ouverte aux femmes, quatre vies ont été fauchées sur les potences.

Quatre femmes ont donc été exécutées en avril, trois le 14 avril dans l'est et le nord-est de l'Iran et une le 25 avril dans le nord du pays, Sari plus exactement. 

Elle avait 27 ans, elle s'appelait Zeinab Chamani. Le procureur qui a annoncé sa mort n'a donné d'elle que ses initiales, dans un ultime effort pour la faire disparaitre et lui ôter toute identité.

Mme Sholeh Pakravan, la mère de l'héroine Reyhaneh Jabbari (pendue au même âge en octobre 2014 pour avoir tué en légitime défense l'homme qui tentait de la violer) a parlé de son exécution sur Facebook : “D'après sa famille, elle a été terriblement torturée. De toutes les confessions obscures qu'ils ont arrachées à cette jeune fille, seules celles faites contre elle-même ont été retenues…Je ne veux pas dire à sa mère d'être patiente, parce que c'est impossible. Je ne lui dirai pas que sa peine prendra fin et qu'elle s'y habituera. C'est tout aussi impossible ... Je lui dirai qu'elle doit choisir comment vivre le restant de ses jours. Soit en se cachant chez elle, en souffrant dans le regret et les larmes, soit en rejoignant les militantes de "Non aux Exécutions". Vous pouvez essayer de sauver d'autres filles du cauchemar de la potence."

Cet appel s'adresse à tous, surtout en Occident, où il s'agit de briser le silence des médias sur ces crimes d'Etat contre les femmes, de véritables crimes contre l'humanité. 68 femmes ont étét exécutées sous le gouvernement de Rohani. Il est temps que la justice internationale mette sur pied un tribunal pénal pour les responsables de ce régime qui tuent en toute impunité.