Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - "Le dialogue politique franco-iranien bat son plein", titrait le 5 mai le Figaro dans sa rubrique confidentielle Figaro-ci Figaro-là. Il bat si fort qu'il a été encadré par deux exécutions publiques en Iran.

Ceci explique peut-être cela. A chaque fois qu'une délégation diplomatique ou commerciale occidentale se rend en Iran, la population iranienne s'inquiète et elle a bien raison. Les mollahs ne font pas dans le détail à ce moment en matière de répression. Il s'agit de tester la politique de complaisance et son légendaire silence face aux violations des droits humains. Il s'agit aussi de bien faire comprendre à une population au bord de l'explosion et excédée par les pendaisons que ces dernières continueront, encore plus fort.

Ainsi, la veille de l'arrivée du Secrétaire général du Quai d'Orsay à Téhéran le 5 mai, un homme était pendu en public à Nour, "lumière" en persan, dans le nord de l'Iran. Avant lui, les mollahs obscurantistes avaient déjà pendu neuf condamnés au mois de mai. Cinq jours, dix exécutions.

La visite officielle avait pour but, selon le Figaro, "d'établir les bases du dialogue politique décidé lors du voyage à Paris " de Hassan Rohani, qui affiche plus de 2300 exécutions au compteur à lui tout seul, dont 68 femmes. 

Trois jours après, les mollahs ponctuaient cette visite diplomatique par une nouvelle exécution publique, la 11e en mai, à Kermanchah (ouest de l'Iran), histoire de rappeler au monde en ce 8 mai qui marque la victoire sur le nazisme, que la relève est prête, que le fascisme religieux "bat son plein" en Iran et qu'il se répand comme la peste dans tous le Moyen-Orient. On peut le suivre à la trace dans le feu et dans le sang - Syrie,Irak, Yémen, Liban, etc - où ce fumier du diable a fait des petits et des émules, tous aussi cruels les uns que les autres.

Ne serait-il pas temps pour l'Occident d'intégrer à ses relations avec le régime des mollahs des sanctions exigeant la fin des exécutions en Iran ? La complaisance déjà testée avec les accords de Munich avait permis à Hitler de lancer sa guerre contre l'Humanité. Bis repetita avec le fascisme religieux dont le coeur bat à Téhéran ?